Du dessin à l’objet. Etude des œuvres conservées au Musée Antoine Vivenel de Compiègne.

Les Recueils dessinés d’Antiques de Jean-Baptiste Muret donnent à voir un peu plus de 8000 dessins d’objets découverts en contextes archéologiques. Le programme Digital Muret consiste à retrouver ces œuvres, aujourd’hui dispersées dans les collections européennes et inégalement publiées. Un travail documentaire préliminaire, réalisé par la Bibliothèque nationale de France, a permis d’en localiser plusieurs centaines dans les musées régionaux, nationaux et internationaux. Une fois le lieu de conservation identifié, une étape de description se révèle nécessaire, pouvant impliquer, dans le cas de ressources documentaires lacunaires, un examen visuel directement dans les réserves.

Une première entreprise de ce type a été réalisée par l’équipe du domaine Histoire de l’art antique et de l’archéologie au Musée Antoine Vivenel de Compiègne (fig. 1). Cet établissement, né en 1839 du leg important du collectionneur et architecte Antoine Vivenel (1799 – 1862), expose des objets allant de la période moderne à l’époque contemporaine. Ce sont au total 36 œuvres dessinées par Jean-Baptiste Muret qui ont pu, grâce au chaleureux accueil de nos collègues compiégnois1, y être identifiées.

Le travail effectué a permis de vérifier la présence des objets recherchés à Compiègne, de les photographier et de compléter la documentation manquante à leur sujet (dimensions, provenance, datation). Il a ainsi été possible de préciser les catégories typo-chronologiques auxquelles appartiennent ces objets. Il s’agit à la fois de petits bronzes et de bijoux en or d’époque romaine (Pl. I), de vases plastiques grecs (Pl. I), de terres cuites grecques et romaines (Pl. II), enfin, de lampes romaines d’époque impériale (Pl. III et IV).

Une telle étude s’inscrit à plus forte raison dans la vaste histoire de l’archéologie et des collections qui consiste à retracer la trajectoire des œuvres depuis leur découverte jusqu’à l’époque contemporaine. Elle contribue notamment à documenter un thème de recherche cher à l’INHA et qui s’était concrétisé en 2014 par l’organisation d’une journée d’étude intitulée Dessiner l’antique au musée au XIXè siècle. Si l’analyse des corpus de dessins publiés constitue un indicateur fiable “des nouveaux domaines d’étude qui apparaissent dans l’archéologie de l’époque, comme les antiquités orientales ou les terres cuites grecques”2, leur confrontation avec l’état réel des objets contribue aussi à saisir les choix opérés par le dessinateur et l’évolution des collections au sein des réserves de musées. Dans l’attente d’une étude approfondie, le cas d’une lampe illustre bien les questionnements qui sont les nôtres : aujourd’hui fragmentaire, cet objet apparaît pourtant complet sur le dessin de J.-B. Muret, sans mention aucune de fissures/cassures éventuelles. Faut-il y voir l’exemple d’une restitution par le dessin, d’une restauration ancienne ou bien d’une cassure récente ? Doit-on supposer, comme cela a été suggéré pour certaines monnaies, que l’objectif principal du dessinateur était de reconstituer l’iconographie présente sur l’objet ? En ce qui concerne le médaillon, où l’on voit un pêcheur assis portant un bonnet phrygien et sortant un poisson de l’eau, il n’est pas possible d’exclure l’hypothèse d’une cassure récente, d’autant que tous les fragments ont été conservés. L’extrémité du bec en revanche, présente toutes les caractéristiques d’une cassure ancienne, incitant à y voir une restitution du dessinateur.

Outre ce travail de vérification systématique, nous avons également découvert un certain nombre d’objets dessinés par Jean-Baptiste Muret mais dont le lieu de conservation était jusqu’à présent inconnu. Afin de les étudier et de les décrire précisément, nous nous sommes rendus à plusieurs reprises au Centre de documentation du Département des Antiquités Grecques, Étrusques et Romaines (AGER) du musée du Louvre3,  où nous avons eu la chance de pouvoir consulter les classeurs Jean-Charbonneaux. Cette documentation inédite, réunie par une équipe du CNRS entre 1979 et 1983, répertorie plusieurs collections gréco-romaines de musées de régions, à la fois sous forme de photographies et de fiches synthétiques. Ce travail de description systématique sera réitéré pour chacune des collections muséales que nous aurons l’opportunité de passer en revue dans les mois à venir.

 

  1. Nos sincères remerciements vont à l’équipe du Musée Antoine Vivenel, en particulier Claire Iselin et Delphine Jeannot pour leur précieuse aide. []
  2. Dessiner l’antique au musée au XIXè siècle []
  3. nous adressons également nos sincères remerciements à Isabelle Hasselin-Roux et à toute son équipe pour leur accueil régulier []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/07/2018

    […] et localisés dans les réserves du Musée Antoine Vivenel de Compiègne où nous avons effectué une mission d’étude. Ce cas illustre la nécessité d’examiner les antiques au cœur même des collections lorsque […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.