Un nouveau dossier : la glyptique dessinée par Muret

Recueil 3, planche 24, n° 2 : Tête de Cybèle (Département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France)

La glyptique, l’art de la gravure des pierres fines, est bien représentée dans les planches de Jean-Baptiste Muret, qui ne comptent pas moins de 280 camées (pierres sculptées en relief) et intailles (pierres sculptées en creux) antiques issus de diverses collections privées comme institutionnelles. Mon arrivée à l’INHA et au sein de l’équipe Digital Muret a été l’occasion pour nous d’ouvrir ce dossier et de se pencher sur l’identification de ces pierres, et pour moi de découvrir autant le fonctionnement interne du projet que ce nouveau domaine de recherche.

Si plus de 90 000 camées et intailles antiques nous sont parvenus, leur étude reste un domaine plutôt à part dans l’histoire de l’art antique. Elle passe surtout par la constitution de grands catalogues thématiques ou catalogues de collection, dans lesquels on peut espérer retrouver les objets dessinés par Muret. Parmi les grands catalogues généraux sur la glyptique antique, on peut citer :

  • J. Tassie & R. E. Raspe, A general collection of  a general collection of ancient and modern engraved gems, cameos as well as intaglios, taken from the most celebrated cabinets in Europe ; and cast in coloured pastes, white enamel and sulphur, Londres : J. Tassie & J. Murray, 1791, 2 vol.

Un catalogue recensant les gemmes les plus fameux dans les cabinets les plus en vue de la fin du XVIIIe siècle en Europe.

  • A. Furtwängler, Die Antiken Gemmen. Geschichte der Steinschneidekunst im Klassischen Altertum, Leipzig ; Berlin : Giesecke und Devrient, 1900, 3 vol.

Un passage en revue des thèmes et sujets majeurs de la glyptique antique.

  • G. Richter, Engraved gems of the Greeks, Etruscans and Romans, Londres : Phaidon, 1968‑1971, 2 vol.

Un traitement plus récent des grands thèmes et sujets de la glyptique antique, divisés entre pierres grecques et étrusques d’une part (vol. 1) et romaines de l’autre (vol. 2).

  • P. Zazoff, Etruskische Skarabäen, Mayence : Philippe von Zabern, 1968.

Un catalogue des scarabées étrusques connus, dont les derniers sont traités sommairement.

  • J. Boardman, Greek gems and finger rings, Londres : Thames and Hudson, 2001 [réed. 1970].

Une histoire illustrée des pierres gravées grecques, moins maniable à l’usage que les autres, car sans index général des sujets représentés sur les pierres, mais le plus récent.

Retrouver la trace d’une pierre

Le premier pas dans la recherche d’une pierre gravée chez Muret est donc de l’identifier dans un des grands catalogues, qui pourront donner des indications plus précises sur sa provenance et sa localisation actuelle. Par ailleurs, les catalogues successifs proposant souvent des tables de concordance avec les plus anciens, retrouver la trace d’une pierre à l’époque de Muret permet parfois de la retracer jusqu’aujourd’hui.

Receuil 3, planche 45, n° 10 : Cerbère. Cornaline en forme de scarabée (dessin : Cabinet des Monnaies, médailles et monnaies, Bibliothèque nationale de France | original : Antikensammlung, Berlin)

Prenons l’exemple de la première pierre gravée que j’ai traitée : une représentation de Cerbère à trois têtes, dont Muret indique en légende qu’il s’agit d’une « cornaline en forme de scarabée » issue de la collection Stosch[1]. Or, Johann Joachim Winckelmann a rédigé en 1760 une description des pierres gravées de la collection du baron Philippe de Stosch, dans laquelle on retrouve la pierre en question : c’est celle au n° 355, p. 84 : une « Cornaline en forme de scarabée. Cerbère »[2].

A la mort de son propriétaire, la plus grande partie de la collection du baron de Stosch a été achetée par Frédéric le Grand, roi de Prusse : c’est donc dans les collections des musées de Berlin, aujourd’hui l’Antikensammlung, qu’il convient de les chercher ensuite. De fait, E. H. Tölken a bien catalogué ce gemme en 1835 (n° 24, p. 51) puis A. Furtwängler en 1896 (n° 263, p. 27) et il apparait enfin dans le dernier catalogue en date des collections berlinoises, l’Antiken Gemmen in Deutschen Sammlungen II, au n° 278 p. 119.

Puisque Winckelmann et Muret nous signalent qu’il s’agit en outre d’un scarabée, on peut chercher également l’objet dans le catalogue général de P. Zazoff sur les scarabées étrusques, où on le trouve bien au n° 918, p. 177.

On peut donc constituer une bibliographie pour une intaille en commençant par les ouvrages et les collections auxquels a pu avoir accès Jean-Baptiste Muret afin d’avancer dans le temps et d’en retrouver la trace aujourd’hui, ou bien d’établir que les pierres ont été perdues, comme ç’a malheureusement été le cas de trop nombreux gemmes de la collection de l’Antikensammlung pendant la seconde guerre Mondiale.

Les sources de Muret

Faire remonter l’étude aux publications antérieurs à Jean-Baptiste Muret, comme le catalogue de Winckelmann (1760) ou celui de Tassie & Raspe (1791), peut nous permettre d’identifier les sources utilisées par le dessinateur. En effet, si les gemmes elles-mêmes circulent peu à son époque, ce sont de nombreuses empreintes sur argile ou cire, de moulages ou de copies en pâtes de verre des originaux antiques qui passent de main en main et de collection en collection. Elles permettent de diffuser la connaissance sur les pierres gravées antiques, et c’est sans doute par elles que Muret connaissait nombre des pierres qu’il a dessinées.

Moulages de la collection Stosch, classés selon le catalogue de Winckelmann (1760) en plâtre blanc (Cabinet des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France)

Les grands catalogues des XVIIIe et XIXe siècles s’accompagnaient en outre de collections de ces moulages placés dans l’ordre du texte. Ainsi, si la description du catalogue de Stosch n’est pas illustrée, le Cabinet des médailles de la BNF conserve deux séries de moulages correspondants, l’une datée de 1821, que Muret aurait donc pu connaître[3]. La facilité d’accès d’une telle collection explique-t-elle la grande quantité de pierres de la collection Stosch parmi celles du recueil ?

Recueil 4, planche 18, n°12 : têtes accolées de satyre et de sanglier (Département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France)

Parmi d’autres catalogues accompagnés de collections de moulages, on peut citer le Tassie & Raspe 1791[4], ou les Impronte dell’Istituto de Tommasso Cades[5], auquels Muret a sans doute eu accès également, puisqu’il reproduit des pierres qui ne sont connues que par leurs entrées dans ces catalogues : respectivement les têtes accolées de satyre et de sanglier du recueil 4, planche 18, n° 12 et le bacchant du même recueil, planche 68, n° 5.

Recueil 4, planche 68, n° 5 : bacchant (Département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France)

Les pierres gravées dessinées par Muret peuvent donc participer pleinement de la compréhension de ses méthodes de travail et des sources des objets dessinés.


[1] Recueil 3, planche 45, numéro 10.

[2] La description de la collection du baron de Stosch par Winckelmann, conservée dans les collections patrimoniales de la bibliothèque de l’INHA (cote 4 RES 1939), a été numérisée par les soins de cette dernière et est disponible en ligne à l’adresse : http://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/13547

[3] inv.55.751.1 au Cabinet des médailles (BNF) : http://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gbsvz2

[4] Photographiés par la Classical Art Research Centre d’Oxford et accessibles sur leur site internet : https://www.beazley.ox.ac.uk/gems/tassie/default.htm

[5] https://www.beazley.ox.ac.uk/gems/cades/cades.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.