Les objets inscrits du volume 5

Dans le volume 5 de son Recueil des monuments antiques, aux planches 82-86, Jean-Baptiste Muret a dessiné 66 timbres antiques inscrits, la majorité en alphabet latin, mais certains en alphabet grec. Nombre d’entre eux se trouvent aujourd’hui au Cabinet des Médailles de la BNF et sont donc documentés dans le Catalogue des bronzes antiques d’Ernest Babelon et J.-Adrien Blanchet (1895), mais ce n’est pas le cas de tous. Aussi faut-il se tourner pour l’identification de ces objets vers le texte qu’ils portent, et exploiter les bases de données épigraphiques.

Le timbre Socr/ates du Cabinet des Médailles

Fig. 1 : Planche 82, objet 1

L’Epigraphik-Datenbank Clauss-Slaby (www.manfredclauss.de) vise à recenser toutes les inscriptions antiques en langue latine, et on trouve ainsi dans ses résultats le premier objet de la planche 82 : un timbre composé de deux plaquettes rectangulaires, disposées côte à côte, en degrés, portant une inscription en relief : Socr/ates (fig. 1). Sur l’EDCS, on trouve une entrée probable (fig. 2).

Fig. 2 : L’inscription dans l’EDCS ?

Les précisions « aes« , « signacula » et « titula possessionis » nous indiquent en outre qu’il paraît bien s’agir du même objet : un timbre en bronze. Dans le CIL (Corpus Inscriptionum Latinarum), on trouve une référence bibliographique : « Santoli, tab. IV p. 60. 61. » (figg. 3 et 4a).

Fig. 3 : L’inscription dans le CIL IX

Laquelle figure un objet très ressemblant, et d’autant plus ressemblant au dessin donné de cet objet dans le Catalogue de Babelon et Blanchet :

Fig. 4a : L’inscription dans Santoli 1783
Fig. 4b : L’inscription dans Babelon Blanchet 1895

On peut donc être raisonnablement certain qu’il s’agit ici bien du même objet, et ainsi donner une provenance à un petit instrumentum inscrit du Cabinet des Médailles. Mais ce n’est pas tout, puisque Jean-Baptiste Muret a donné un dessin beaucoup plus précis de l’objet que celui dont on dispose dans les deux illustrations ci-dessus. On voit bien dans son dessin les coins plutôt arrondis de l’objet physique. À l’inverse d’autres savants, il s’est interessé à la matérialité de l’objet inscrit.

Au contraire, en dehors de donner son matériau et sa typologie, le CIL comme l’EDCS n’ont pas vraiment abordé le support matériel de l’inscription. Les épigraphistes contemporains considèrent néanmoins que celui-ci est primordial, mais le désintérêt des épigraphistes du xixe siècle pour l’objet à la faveur du texte a parfois laissé les inscriptions des premiers volumes du CIL malheureusement décontextualisés.

Donner une image à l’objet

Ainsi, lorsque Muret dessine des objets qui ne sont pas au Cabinet des Médailles, ses dessins permettent de redonner une image à des inscriptions qui ne sont connues dans les références épigraphiques habituelles que par des descriptions textuelles.

Fig. 5 : Planche 82, objet 9

Ainsi l’objet 9 de la même planche 82 (fig. 5), un cachet en forme de pied, avec une inscription en relief, LAVRENTI, suivi d’une palme, se trouve dans l’EDCS et le CIL (fig. 6)

Fig. 6a : EDCS-74800314
Fig. 6b : CIL XIII, 10022,165

Le CIL indique, certes, que l’objet a une forme de pied (« plantae pedis formam habens« ), mais pas le sens dans lequel les lettres sont inscrites, ni l’aspect précis du pied ou de la palme. Les catalogues de Muret ont ainsi permis de documenter visuellement une inscription dont on n’avait qu’une description.

Fig.7 : Planche 84, objet 13

La même remarque peut se faire pour l’objet 13 de la planche 84 (fig. 7), auquel le dessin de Muret permet de donner toute la dimension matérielle, puisqu’on y aperçoit la poignée en forme d’anneau au revers, qui n’est sinon pas mentionnée (fig. 8).

Fig. 8a : EDCS-20301081
Fig. 8b : CIL II, 4975,12

Cette remarque permet en revanche d’apprécier les limites de l’étude de ces dessins. L’écrit reste en effet clairement l’aspect de l’objet qui intéresse le plus Muret : rares sont les objets qui, commme celui pl.VIII,13, ont droit à la figuration de leur poignée, alors qu’on sait pourtant par le catalogue de 1895 qu’ils le conservent. Néanmoins, même ceux qui ne sont pas représentés dans toutes leurs facettes indiquent clairement le creux et le relief, la forme, etc.

En redocumentant des inscriptions dont on connaissait mal l’apparence physique, l’étude du Recueil des monuments antiques de Jean-Baptiste Muret montre ici à nouveau tout son intérêt.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.