Antiquités préhispaniques au Cabinet des Médailles

Parmi les très nombreuses antiquités classiques du Recueil des monuments antiques de Jean-Baptiste Muret figurent quelques dessins d’artefacts précolombiens provenant d’Amérique du Sud : des figurines en terre-cuite du Pérou, peut-être Moche ou Chancay (vol. 1, pl. 131), un petit lama en or (vol.  6, pl. 163, n°11) et une tête de massue ornée de têtes de félin (vol. 7, pl. 135, n°4). Ces antiquités semblent faire partie des collections déposées en 1786 au Cabinet des Médailles par le médecin et naturaliste Joseph Dombey (1742-1794), collections réunies lors d’une mission botanique en Amérique du Sud entre les années 1778 et 1785. Les planches de Muret présentent un double intérêt pour l’histoire des collections des Amériques en France : d’abord car il existe très peu d’illustrations de ce type de pièces au début du XIXe siècle, mais aussi car les dessins de Muret témoignent d’un épisode toujours méconnu de l’histoire des collections américaines et préhispaniques françaises pendant la période révolutionnaire.

Fig. 1. Antiquités « péruviennes » dessinées par Jean-Baptiste Muret figurant dans le Recueil. A gauche : n°4. Tête de massue ornée de têtes de félin (vol. 7, pl. 135). A droite : n° 11. Figurine d’un lama en or (vol. 6, pl. 163).

Collections d’Americana en France jusqu’à la fin du XVIIIe siècle

Dès les premiers contacts avec le Nouveau Monde, des objets « exotiques » ou « curieux » des Amériques ont été collectés en Europe. Les armes, les objets en plumes, en mosaïque ou encore l’orfèvrerie suscitent le plus d’admiration, par leur raffinement technique et leur sophistication. Entre le XVIe et le XVIIIe siècles, ces objets ont trouvé une place dans les cabinets de curiosités et les cabinets scientifiques : dans les grandes collections royales et princières – au Cabinet du Roi à Paris, ou dans le cabinet ethnographique du comte d’Artois à Versailles[1] – mais aussi dans les cabinets de médecins, naturalistes et antiquaires. Dans la logique des Wunderkammer et des cabinets scientifiques, ces objets étaient présentés parmi toute une variété des spécimens d’histoire naturelle, d’instruments scientifiques, d’antiquités, d’œuvres d’art, et d’objets « exotiques » ou « des sauvages », que l’on appellerait aujourd’hui ethnographiques[2].

La plupart des objets collectés avant le dernier tiers du XVIIIe siècle provenaient notamment du Brésil, des Antilles, de la Guyane et des territoires français en Amérique du Nord et au Canada, c’est-à-dire, là où la France s’était engagée avec plus ou moins de succès dans des entreprises coloniales aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les colonies alors sous contrôle de la couronne espagnole et portugaise – le Brésil, le Mexique, la plupart de l’Amérique du Sud – étaient beaucoup moins représentées dans les collections car ces territoires étaient par la plupart interdits aux étrangers. Ce ne sera qu’après les indépendances latino-américaines au début du XIXe siècle que des antiquités et ‘curiosités’ ethnographiques du Mexique, du Pérou ou du Chili arriveront en France en plus grande quantité.


Les ‘Antiquités péruviennes’ de Joseph Dombey : une collection toujours très méconnue

L’une des rares exceptions est la collection d’antiquités précolombiennes rassemblée par Joseph Dombey (1742-1794), médecin et naturaliste, qui parcourt le Pérou, le Chili et le Brésil entre 1778 et 1785, lorsque ces territoires étaient toujours fermés aux voyageurs français.

Le voyage de Dombey s’inscrit dans le contexte plus général des grandes expéditions scientifiques et maritimes du XVIIIe siècle – dont celle de La Condamine en Equateur, ou celles de Cook, de de Bougainville et de la Pérouse dans le Pacifique -. Dombey, soutenu par André Thouin et Bernard et Antoine-Laurent de Jussieu, avec qui il collaborait au Jardin du Roi, est chargé par Turgot en 1775 d’une mission botanique en Amérique Latine[3]. Dombey est autorisé à accompagner la mission organisée par les savants espagnols Hipólito Ruiz López (1754–1840) et Jóse Antonio Pavón (1754–1814), à condition de ne pas publier ses résultats avant ses collègues et de rendre à la couronne espagnole la moitié des spécimens naturels et des artefacts qu’il aurait collectés[4].  

Pendant ce voyage, les naturalistes pratiquent aussi la collecte d’artefacts. Avec Ruiz López et Pavón, Dombey explore plusieurs sites au Pérou et dans le Chili, dont notamment Pachacamac, un important centre précolombien près de Lima, où les trois savants mènent des fouilles. Pendant ce séjour, Dombey fait quelques envois en France, dont un au comte d’Angiviller, Directeur des Bâtiments du Roi. Dans son voyage de retour, Dombey passe quelques mois au Brésil, avant de rentrer à Paris en octobre 1785. Fin janvier 1876, il dépose une série d’antiquités et un catalogue manuscrit au Cabinet du Roi[5]. Aujourd’hui, et après avoir changé plusieurs fois de mains, le musée du quai Branly-Jacques Chirac en conserve toujours une partie[6].

Les objets dessinés par Muret au Cabinet des Médailles semblent provenir de la mission de Dombey. Du moins, c’est ce que certaines sources d’époque suggèrent, dont notamment des catalogues conservés au Cabinet des Médailles ou encore une note de Muret sur le dos d’un des dessins. Néanmoins, on sait toujours très peu sur le parcours exact des objets rassemblés par Dombey, ainsi que sur l’histoire des autres collections précolombiennes et américaines qui retrouveront le Cabinet des Médailles peu après le dépôt de Dombey, lors des importants remaniements patrimoniaux liés à la période révolutionnaire[7].

L’une des principales sources nous renseignant sur les collections de Dombey et les fonds du Cabinet est l’histoire du Musée d’Ethnographie du Trocadéro écrite en 1890 par Ernest Théodore Hamy (1842-1908), son premier directeur[8]. Ethnologue et américaniste, Hamy s’attache à reconstituer l’histoire des collections ethnographiques conservées en France depuis le XVIe siècle et jusqu’à la création du musée en 1878. L’ouvrage de Hamy, malgré son exhaustivité, date aujourd’hui d’il y a plus d’un siècle : il est donc temps de revisiter l’étude de Hamy et revenir sur les sources primaires pour pouvoir reconstituer, avec rigueur scientifique et historique, l’histoire des collections précolombiennes du Cabinet des Médailles. En attendant que ce dossier puisse être menée à bien – il faudrait envisager un projet de recherche spécifique et à long terme, croissant les données et les fonds de plusieurs musées et archives – voici un bilan de ce que Hamy et quelques autres sources de la période nous apprennent sur les collections du Cabinet, un bon point de départ pour entamer ensuite une étude critique.

Selon Hamy, Dombey aurait fait déjà quelques envois vers la France depuis l’Amérique : d’abord au comte d’Angiviller – avec le « vêtement d’un Inca » pour être présenté à Louis XVI[9] -, puis un deuxième pour Antoine-Laurent de Jussieu au Jardin du Roi en 1781 avec des vases et des bijoux anciens en argent[10], et finalement en 1793, des vases pour le Cabinet du Roi. De retour en France, Dombey dépose toute une autre série d’antiquités, ainsi qu’un catalogue rédigé par lui-même, au Cabinet du Roi le 31 janvier 1786 (fig. 2)[11].

Fig. 2 Première page du catalogue manuscrit déposé par Dombey au Cabinet des Antiques du Roi le 31 janvier 1878. Source : BnF 2011/091/ACM04-04 « Antiquités péruviennes (…) »

Le catalogue de Dombey recense soixante-neuf numéros, avec une description très sommaire du type d’objet, accompagnée parfois des renseignements sur le poids et les dimensions. Ce sont surtout des vases en céramique (une trentaine), des ustensiles divers (navettes en bois pour le tissage, des haches, des poids en cuivre et en acier), des bijoux en or et argent (épingles, figurines et ornements « en forme de croissant ») et plusieurs figurines en terre-cuite, décrites comme des « idoles (…) grossièrement dessinées ». On y retrouve aussi la description d’une tête de massue qui rappelle celle dessinée par Muret dans le volume 7 du Recueil : « un morceau de cuivre, avec mélange d’or, percé pour être mis au haut d’un baton [sic], avec deux têtes qui ressemblent à celle d’un tigre », écrit Dombey[12].

Quelques-unes des pièces décrites par Dombey sont d’une très grande rareté et seraient considérés aujourd’hui comme des vrais trésors archéologiques : ainsi les numéros 51 et 52 sont des vêtements provenant, selon lui, des tombeaux près de Pachacamac, et sont décrits dans le catalogue comme l’« habillement d’un prêtre » et la « tunique d’une jeune vierge ou vestale[13] ». Parmi les bijoux, le numéro 64 du catalogue fait penser à la figurine camélidé dessinée par Muret. Dombey décrit aussi un collier Pehuenche et des « ornements » du Chili, des pièces témoignant du fin travail d’argenterie Mapuche, aujourd’hui très rares.

On serait tentés de vouloir trouver dans les descriptions du catalogue de Dombey toutes les pièces dessinées par Muret. Mieux vaut rester prudent et de ne pas faire, dans l’état actuel des recherches, des attributions définitives, d’autant plus que l’histoire de ces collections se complique pendant la Révolution avec de nombreux allers-retours entre musées et, malheureusement, la disparition d’une partie des objets.


Les Antiquités précolombiennes au Cabinet des Médailles et le Museum des Antiques

En effet, dans les années 1790, d’autres antiquités américaines et précolombiennes sont venues se joindre à celles de Dombey lors des grands remaniements patrimoniaux qui ont eu lieu pendant la période révolutionnaire. De nombreuses collections d’antiquités – non seulement américaines – sont alors envoyées au Cabinet des Médailles, au point où les fonds dépassent la capacité des lieux[14]. L’image donnée est celle d’entassement et d’encombrement : « Cette collection est perdue pour l’instruction et la curiosité. Comment introduire le public dans un lieu aussi indécent, où aucun objet n’est garant des atteintes de la maladresse et de l’infidélité ? », écrit Villar de la Mayenne dans un rapport pour le Comité de l’Instruction publique en 1794[15].

C’est donc dans ce contexte de réorganisations patrimoniales, et répondant aussi aux idéaux encyclopédiques et didactiques de la période, que les collections précolombiennes du Cabinet des Médailles sont intégrées dans le projet du Museum des Antiques. Conçu par les conservateurs du Cabinet Barthélemy de Courçay et Aubin-Louis Millin, ce Museum devait faire « refleurir l’étude de l’antiquité », réunissant non seulement les antiquités classiques mais « les monuments (…) utiles à la connaissance des mœurs et des usages des différents peuples (…) éloignés par le temps et par les lieux[16] ». Suivant une démarche comparatiste, le projet réunissait archéologie classique, art antique et objets « exotiques » dans une espèce de cabinet encyclopédique qui aurait ses lieux, au moins de forme provisoire, au Cabinet des Médailles[17]. Les collections destinées à ce nouveau Museum sont réunies surtout entre 1795 et 1799, grâce aux saisies et aux envoies d’autres institutions comme le Jardin du Roi, devenu entretemps le Museum d’Histoire Naturelle.

Certaines pièces proviendraient même des saisies des guerres révolutionnaires en Europe. Ainsi, et toujours selon Hamy, il y aurait parmi les collections du Cabinet du Stathouder de Hollande envoyées à la Bibliothèque Nationale des curiosités des ‘sauvages américains’ et des céramiques mexicaines[18]. Plusieurs collections aristocratiques déposées à l’hôtel de Nesle contenaient également des objets américains : des « anciens vases péruviens » du cabinet d’Angiviller – dont plusieurs anthropomorphes ou zoomorphes -,  des tissus et des bijoux, des armes et parures américaines[19]. Finalement, Barthélemy de Courçay et Millin demandent aussi à récupérer des objets envoyés au Muséum d’histoire naturelle ou au Muséum des Arts (le Louvre)[20].


Le Devenir des collections précolombiennes après la Révolution

On sait peu sur le devenir ou l’usage de ces antiquités au Cabinet pendant les années mouvementées de la Révolution.  Hamy signale dans l’histoire du Musée d’Ethnographie que plusieurs objets auraient déjà été perdus entre 1795 et 1798, mais sans en donner plus de détails. Selon la Notice rédigée par André-Louis Cointreau en 1796, dans « la grande pièce au-dessus du Cabinet des médailles » étaient exposés sur l’armoire « 37 vases péruviens », un « sceptre et trois longues navettes en bois » du Pérou, avec d’autres antiquités non-européennes, telles des figurines chinoises et indiennes[21]. Sur une autre étagère, une boîte contenait des vêtements, bijoux et ustensiles péruviens.

Le projet du Museum des Antiques ne survit pas malheureusement à Barthélemy de Courçay, qui décède en 1799. Les antiquités précolombiennes déposées au Cabinet semblent donc y être restées, comme le témoignent les dessins de Muret, sans que l’on ne sache beaucoup plus d’autre sur leur vie au Cabinet dans les décennies suivantes. Une partie des collections « exotiques » et ethnographiques du Cabinet ont été transférées vers le nouveau Musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1880, y compris les fonds Dombey. Toutefois, il n’est pas clair si les pièces dessinées par Muret n’ont jamais retrouvé le Musée d’Ethnographie, ou si elles ont été perdues après ce déménagement. Quoi qu’il en soit, les bijoux mapuches, les figurines en terre-cuite et le morceau de massue ne semblent plus être parmi les fonds attribués à Dombey aujourd’hui au musée du Quai Branly-Jacques Chirac, héritier des collections de l’ancien Musée d’Ethnographie et de son successeur, le Musée de l’Homme[22].

Fig. 3. Figurines en terre-cuite, possiblement Moche ou Chancay dans le Recueil (vol. 1, pl. 131)

Comme nous l’avons dit plus haut, cette histoire est toujours très lacunaire. Il faudra maintenant entamer de nouvelles enquêtes archivistiques et mener des études comparatives sur les pièces pour arriver à une meilleure connaissance de l’histoire de ces collections et identifier les pièces dessinées par Muret. Par exemple, reconstituer en détail les différents transferts et échanges de pièces avec le Muséum d’Histoire Naturelle et le Louvre, et poursuivre les recherches sur la documentation du Cabinet des Médailles. Il serait également intéressant d’étudier les inventaires des objets envoyés par Ruiz López, Pavón et Dombey en Espagne et les comparer avec les inventaires des pièces déposées par Dombey au Cabinet. Enfin, on pourrait envisager une étude compréhensive des pièces attribuées à Dombey et la documentation existante sur celles-ci au musée du quai Branly. Revenir sur l’attribution culturelle et la composition de ces pièces permettrait de mieux comprendre leur provenance et l’itinéraire de Dombey en Amérique, et confirmer si les dessins de Muret sont tous de pièces de Dombey ou d’une autre collection. De plus, il faudrait confirmer la présence d’étiquettes manuscrites par Dombey, qui selon Hamy existaient toujours au Musée d’Ethnographie dans les années 1890.

Pour finir, quelques derniers mots sur les dessins de Muret et l’attribution culturelle des ‘antiquités péruviennes’ du Cabinet des Médailles. A toute évidence, Murent a traité ces artefacts extra-européens de la même façon que les autres antiquités qu’il a dessinées, et leur inclusion dans les planches obéit aux mêmes logiques thématiques d’organisation du Recueil. Ainsi, les objets sont présentés avec d’autres antiquités du même type (la massue avec d’autres armes) ou par thème (le lama dans une planche regroupant des camélides, ou les figurines en terre-cuite avec d’autres planches de figurines féminines). Finalement, dans les documents et publications de la fin du XVIIIe et début du XIXe siècle, ces objets sont toujours décrits simplement comme « péruviens » ou ayant appartenu « aux Incas ». Seul le collier et les bijoux mentionnés dans l’inventaire ont une provenance moins générique et Dombey les identifie comme Pehuenche et Mapuche, des groupes qui habitaient le centre-sud du Chili au moment de la Conquête et dont le travail en argenterie était toujours reconnu par son haut degré de raffinement à la fin du XVIIIe siècle, lorsque Dombey parcourt le Chili[23]. On sait aujourd’hui que la plupart des objets collectés par Dombey ne sont pas nécessairement « Incas », et ont été produits par d’autres groupes qui occupaient la côte Nord et Centre du Pérou et le Chili avant la Conquête. Les petits « idoles » en terre-cuite dessinées par Muret font penser aux productions Mochica (Ier-VIIe siècle) ou Chancay (côte centrale du Pérou, XIIIe-XVe siècle) (fig. 3). Malgré l’absence de contexte archéologique permettant de faire des attributions plus exactes, certains des vases toujours conservés au musée du quai Branly semblent provenir aussi de la culture Chancay.  Le musée du Quai Branly a néanmoins une autre figurine d’un lama similaire à celle dessinée par Muret[24], ainsi que de très riches collections archéologiques et ethnographiques de toute l’Amérique du Sud, à découvrir au musée même ou dans les fonds virtuels disponibles en ligne. Voici par exemple un vase « péruvien » avec un décor zoomorphe du type décrit par Dombey, très différent donc des autres vases grecs, romains ou étrusques du Cabinet des Médailles. Il est aussi également possible d’avoir une vue d’ensemble des objets aujourd’hui attribués à Dombey et conservés au musée du quai Branly en suivant ce lien.


Sources et archives

Paris, MqB-JC, collection 71.1878.5.

Paris, BnF, archives du Cabinet des médailles, 2011/091/ACM04-04 « Antiquités péruviennes remises au Cabinet des antiques du roi le 31 janvier 1786 »,

Paris, BnF, archives du Cabinet des médailles, COINTREAU, André-Louis, 1796. Notice des Antiquités de la Bibliothèque Nationale. Catalogue manuscrit.

COINTREAU, André-Louis, 1800, Histoire abrégée du Cabinet des Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale, Paris : Charles Pougens.

HAMY, Ernest Théodore, 1890. Les Origines du Musée d’Ethnographie du Trocadéro. Paris : Ernest Leroux.

—– 1906. Joseph Dombey. Médecin, naturaliste, archéologue, explorateur du Pérou, du Chili et du Brésil (1778-1785). Sa vie, son œuvre, sa correspondance, avec un choix de pièces relatives à sa Mission, une carte et cinq planches hors texte. Paris : Librarie Orientale & Américaine. E. Guilmoto, éditeur.

Bibliographie

BLEICHMAR, Daniela, 2012. Visible empire: botanical expeditions and visual culture in the Hispanic Enlightenment. Chicago ; London : The University of Chicago Press.

BODENSTEIN, Felicity, 2015. L’histoire du Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale (1819-1924) : un Cabinet pour l’érudition à l’âge des musées. Thèse doctorale en Histoire de l’art. Paris : Université Paris-Sorbonne.

CABELLO CARRO, Paz, 2013. « Spanish Collections of Americana in the Late Eighteenth Century », dans BLEICHMAR, Daniela et MANCALL, Peter C. (éd.), Collecting across cultures: material exchanges in the early Atlantic world. Philadelphia : University of Pennsylvania Press. p. 217‑235.

DAUGERON, Bertrand, 2009a. « Entre l’antique et l’exotique, le projet comparatiste oublié du « Muséum des Antiques » en l’an III ». Annales historiques de la Révolution française. N° 356, p. 143‑176.

—–  2009b. « Classement et rangement des « objets des sauvages » vers 1800 : L’ordre méthodique comme écriture des objets ». Culture & Musées. Vol. 14, n° 1, p. 39‑63.

DELPUECH, André, MARRACHE-GOURAUD, Myriam et ROUX, Benoît, 2013. « Valses d’objets et présence des Amériques dans les collections françaises : des premiers cabinets de curiosités aux musées contemporains », dans MONCOND’HUY, Dominique (éd.), La licorne et le bézoard: une histoire des cabinets de curiosités. Montreuil : Gourcuff Gradenigo. p. 270‑283.

FEEST, Christian, 1993. « European Collecting of American Indian Artefacts and Art ». Journal of the History of Collections. Vol. 5, n° 1, p. 1‑11.

FEEST, Christian (éd.), 2007. Premières nations, collections royales: les indiens des forêts et des prairies d’Amérique du Nord. Paris : Musée du quai Branly : Réunion des musées nationaux. La collection du Musée du quai Branly.


[1] La Bibliothèque municipale de Versailles accueille actuellement une exposition consacrée à cette collection, « La Curiosité d’un Prince », qui retrace l’histoire du cabinet ethnographique du comte d’Artois de la Révolution à nos jours. A visiter jusqu’en décembre 2021.

[2] Voir les exemples recensés par Delpuech, Marrache-Gouraud, Roux 2013.

[3] Hamy 1906.

[4] Pour l’expédition de Ruiz López et Pavón, voir Bleichmar 2012 et Cabello Carro 2013.

[5] 2011/091/ACM04-04 « Antiquités péruviennes (…) ».

[6] Musée du quai Branly-Jacques Chirac, dossier « 71.1878.5 Dombey. Ancienne collection du Cabinet des Antiquités du Roy ».

[7] Création de la Bibliothèque nationale en 1792, du Muséum d’Histoire Naturelle en 1793, et du Muséum central des arts au palais du Louvre en 1794, etc.

[8] Il s’agit de Les Origines du Musée d’Ethnographie du Trocadéro (Paris : Ernest Leroux, 1890).

[9] Hamy 1890, p. 72. Il s’agit d’un uncu Chimu et non Inca, probablement celui conservé aujourd’hui au Musée du Quai Branly portant le numéro d’inventaire 71.1878.5.39.

[10] Lettre de Dombey à Antoine-Laurent Jussieu du 2 novembre 1781 depuis Lima, citée par Hamy 1890, p. 72.

[11] 2011/091/ACM04-04 « Antiquités péruviennes (…) ». BnF. Archives du Cabinet des médailles (1664-1886).

[12] N° 44. Sur le dos de la planche, Muret donne le nom « Dombay » et une petite description qui reprend la même formule du catalogue : « massue de bronze mélange d’or ».

[13] Selon les inventaires de Ruiz López et Pavón, d’autres pièces similaires et aussi d’une très grande rareté auraient été envoyées en Espagne, dont un uncu ou chemise de plumes, Cabello Carro 2013, p. 222.

[14] Bodenstein 2015.

[15] Rapport daté du 30 novembre 1794, cité par Hamy 1890, p. 21.

[16] « Les conservateurs du Muséum des Antiques aux représentants du peuple composant le Comité d’Instruction publique» par Barthélémy de Courçay et Aubin-Louis Millin, document reproduit dans Hamy 1890), Documents, pièce n°IV.

[17] Daugeron 2009a.

[18] Hamy 1890, p. 25.

[19] Les vases de l’envoi de Nesle de 1795 figurent dans un inventaire dressé par Millin intitulé État des objets d’Antiquités conservés au dépôt de la rue de Beaune, qui d’après arrêt du comité d’Instruction publique de l’an 3° de la République, ont été transportés au Muséum des antiques (BNF 5 AMC 13), rapport cité par Hamy. Les autres pièces en possession d’Angiviller sont renseignées dans l’Etat des objets enlevés au dépôt de la maison de Nesle pour le Muséum des antiques, le 5 thermidor an cinq de la République française (23 juillet 1796) (BnF 5 AMC 71). Selon Hamy, les antiquités en possession d’Angiviller seraient celles envoyées par Dombey depuis les Amériques dans les années 1780. Hamy mentionne encore d’autres cabinets aristocratiques, donc celui du duc de Noailles, et des bijoux du Cabinet Bertin, qui figurent ceux-ci dans un Catalogue des objets chinois provenant du cabinet du citoyen Bertin, enlevé à la maison de Nesle le 17 fructidor an 5 de la République (3 sept 1796) pour le Museum des Antiques de la Bibliothèque Nationale (BnF AMC 74).

[20] D’après l’étude de Daugeron 2009b. La plupart des objets réclamés au Muséum d’Histoire seraient des objets ethnographiques provenant de la Guyane, le Canada et l’Amérique du Nord (liste partielle donnée par Hamy 1890). Il y a eu aussi des dons de particuliers, comme celui de M Gauthier en 1796, avec plus d’une centaine d’objets de la Guyane française que Barthélemy de Courçay aurait accrochés en forme de panoplie sur l’une des portes d’entrée du Cabinet des Médailles (Hamy, 1890 : 35, citant Cointreau 1800 : 35). 

[21] Cointreau 1796, p. s.n.

[22] MqB-JC, collection 71.1878.5.

[23] Les Pehuenches habitent toujours dans les cordillères des Andes, dans le centre-sud du Chili et le sud-ouest de l’Argentine.

[24] Provenant d’un envoie du Musée du Louvre. Avant l’ouverture du Musée d’Ethnographie, le Musée du Louvre possédait aussi des collections archéologiques et ethnographiques des Amériques. Voir par exemple « L’art précolombien entre au Louvre », rubrique de l’article « Les nouveaux ‘musées’ de la République (1848-1851) » dans Histoire du Louvre, t.2, p. 138-152.


Pour citer cet article : Susana Stüssi Garcia, "Antiquités préhispaniques au Cabinet des Médailles", dans Digital Muret, mis en ligne le 05/07/2021, https://digitalmuret.hypotheses.org/1494.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search