Le mystérieux Thésée de la collection Monlezun

Parmi les héros à qui Muret a consacré de nombreuses planches, Thésée figure en bonne place, notamment dans le volume VIII, qui est en cours d’étude. Le principal de ses exploits est le combat contre le Minotaure. La planche 44 présente une composition intéressante : un grand “tableau” qui reprend l’image du combat sur un vase à figures noires et plusieurs monnaies et intailles en dessous, figurant le Minotaure et parfois le labyrinthe.

Recueil, VIII, pl. 44

L’identification des trois monnaies dans le fond du Cabinet des Médailles était aisée : trois statères d’argent de Cnossos de l’époque classique. Le premier provient de la collection de Joseph Pellerin, vendue au XVIIIe siècle au Cabinet du Roi ; pour le second, seul le revers avec la tête du Minotaure sur fond de labyrinthe est figuré (la tête au droit n’a pas de rapport iconographique). Le troisième provient, selon la légende de Muret, du cabinet du Général Fox.

Les intailles étrusques, comme toujours, sont plus difficiles à identifier ; il est possible qu’elles proviennent en partie du fond du Cabinet des Médailles. Il n’est d’ailleurs pas certain qu’elles figurent toutes, comme le pensait Muret, le Minotaure.

Quant au vase, pendant longtemps nous ne parvenions pas à l’identifier. L’image est pourtant bien détaillée, la position des six personnages caractéristique, l’état de conservation des rehauts rouges et blancs soigneusement noté. De plus, les détails du combat sont inhabituels : en effet, si on connait des séries très abondantes de représentations du combat de Thésée et du Minotaure, notamment dans la céramique attique à figures noires, nous n’avons pas trouvé d’autre exemple où Thésée tient son adversaire par la queue tout en le menaçant de son épée. Dans des scènes proches, c’est généralement la corne qui est saisie (comme par exemple sur ce vase de la collection du duc de Luynes), parfois le cou ; la queue, jamais.

La légende de Muret au revers de la planche concernant cette image nous donne quelques renseignements :

Thésée combattant le Minotaure. Thésée couvert d’une simple tunique va percer de son glaive le Minotaure agenouillé qui retenu par sa queue s’efforce de frapper debout avec ses cornes. Quatre femmes assistent au combat et admirent le courage de leur défenseur. Ce vase appartient à Monsieur le comte de Montlezun. Au revers un lion.

On retrouve à plusieurs reprises la mention de ce collectionneur dans le recueil (orthographié Montlezun ou Monlezun) ; on sait encore très peu de choses sur lui. Il se fournit vraisemblablement sur le marché parisien, ou bien auprès des collectionneurs. On trouve ainsi dans ses antiquités dessinées par Muret une extrémité de gouttière figurée en tête de sanglier, achetée à la vente Durand de 1836 par Barthélémy-Philippe-Félix Fyot (1765-1842), marquis de la Marche.

L’identification a finalement été permise grâce à la mise en ligne, il y a quelques mois, du catalogue de la collection du Louvre. On y a en effet retrouvé l‘amphore qui porte cette image inhabituelle. La notice nous apprend qu’elle provient du legs, en 1985, de la collection d’Albert Pomme de Mirimonde. Depuis, l’amphore a été déposée, comme le reste des œuvres de ce fonds, au musée Baron Martin à Gray, dans la section archéologie . Elle cotoit ainsi une petite sélection d’œuvres antiques collectionnées par le docteur Alfred Henri Edouard Pomme de Mirimonde dans les années 1870 ; le collectionneur s’intéressait surtout à la peinture. C’est sans doute vers cette époque que l’amphore est passée de la collection Monlezun à la collection Mirimonde. Elle a ensuite appartenu à son fils Albert de Mirimonde (1897-1985). Ce magistrat, président de chambre à la Cour des comptes (1957-1967), était passionné de musique et de peinture et a été membre du Conseil des musées nationaux.

Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, CA 7223 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010354102 – https://collections.louvre.fr/CGU

Restée longtemps en main privée, et aujourd’hui exposée dans un musée avec peu d’œuvres antiques, cette amphore est donc restée longtemps méconnue ; malgré son iconographie originale, elle n’apparait pas dans les études modernes sur l’iconographie de Thésée (comme dans l’article du LIMC (Lexicon iconographicum mythologiae classicae), VII, 1994, J. Neils, s.v. « Theseus »). La mise en ligne de plus en plus large et exhaustive des collections permet ainsi de retrouver quelques œuvres oubliées, et de les réinsérer dans les corpus concernant l’histoire de l’art antique.


Pour citer cet article : Cécile Colonna, "Le mystérieux Thésée de la collection Monlezun", dans Digital Muret, mis en ligne le 28/09/2021, https://digitalmuret.hypotheses.org/1521.

Cécile Colonna

conservatrice en chef du patrimoine, conseillère scientifique pour le domaine histoire de l'art antique et de l'archéologie, INHA

More Posts


Cécile Colonna

conservatrice en chef du patrimoine, conseillère scientifique pour le domaine histoire de l'art antique et de l'archéologie, INHA

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search