Le chevalier de Saint-Thomas (1785-1875)

Le recueil dessiné par Jean-Baptiste Muret constitue, par les nombreuses mentions de collectionneurs privés, une source importante pour la connaissance des collections d’antiquités du XIXe siècle. Après avoir participé en 2018 en tant que stagiaire au programme de recherche, et avoir consacré en parallèle un mémoire de l’École du Louvre aux collectionneurs de province cités dans le recueil, j’ai le plaisir de présenter aujourd’hui le travail d’un contributeur inattendu, M. Vincent Rebillard.

V. Rebillard est le descendant d’un des collectionneurs que j’ai étudiés, le chevalier de Saint-Thomas, au cabinet duquel Jean-Baptiste Muret attribue une bague. Ce dernier a également dessiné un masque théâtral en terre cuite, donné par le collectionneur au musée de Sèvres en 1838. Cherchant à retracer l’histoire de sa famille, M. Rebillard a eu connaissance de mon travail et m’a contactée il y a quelques mois. Nos échanges, fructueux, ont permis d’établir qu’un autre objet dessiné par Muret, sans légende, provenait de la même collection : un bracelet en bronze, dont l’historique avait été transmis de génération en génération dans la famille et a donc pu être renseigné dans la notice.

Vincent Rebillard a accepté de rédiger une courte biographie de son aïeul, que nous reproduisons ici.

Mathilde Vauquelin


Biographie du chevalier de Saint-Thomas

Jean Étienne de Saint-Thomas (1785-1875), automne 1814. © Collection Rebillard – Dumas de Vaulx.

Le chevalier de Saint-Thomas, né Jean, Étienne Thomas à Vesoul (Haute-Saône) le 28 novembre 1785, est issu d’une famille franc-comtoise ayant concentré au fil des siècles les activités de tanneries de la commune de Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône) avant d’acquérir des charges judiciaires à Vesoul. Son père est avocat au parlement de Besançon et sa mère décède en 1787 à la naissance de ses frères jumeaux qui eux non plus ne survivent pas.

Orphelin de mère, sa famille persécutée sous la Révolution, Étienne Thomas reste marqué à vie par ces évènements tragiques et il n’a de cesse de vouloir reconstruire un roman familial, mêlant héroïsme, séduction, passion, mystification et collectionnisme compulsif dans une ardente ferveur royaliste assumée et démonstrative, quels que soient les régimes politiques qui se succèdent en France au XIXe siècle.

A 23 ans, il rejoint les chasseurs à cheval, puis il est officier à l’État-Major de cavalerie du général Marulaz au sein du 4ème corps d’armée du maréchal Masséna. Il participe à ce titre à la campagne d’Autriche qui se termine victorieusement à Wagram le 5 juillet 1809.

A partir de 1809, sous la direction de son compatriote bisontin Pierre-Adrien Pâris, architecte et académicien, il aurait escorté avec son unité de cavalerie les déménagements des trésors de la collection Borghèse entre Rome et Paris. La légende dit que c’est en découvrant l’Hermaphrodite Borghèse « qu’il eut la révélation des belles choses ».

Se faisant déjà appeler « de Saint-Thomas », il défend brillamment la frontière au crépuscule de l’Empire à l’hiver 1813-1814 lors d’une résistance héroïque de la place d’Huningue sous les ordres du commandant Chancel ; blessé à 2 reprises et cité 2 fois, il est promu capitaine à titre provisoire. Ses actions d’éclat sont récompensées par la croix russe de l’ordre militaire de Saint-Georges, puis la Légion d’honneur et l’ordre royal de Saint-Louis.

Rallié à la Première Restauration, il intègre la prestigieuse Compagnie de Noailles des gardes du corps du Roi. En septembre 1814, une ordonnance royale l’autorise officiellement à changer son nom en « de Saint-Thomas ». Disgracié au retour de la Seconde Restauration pour une obscure affaire de pillage, de taille non conforme ou tout simplement de séduction non appropriée (sans doute un règlement de compte envers un jeune officier trop ambitieux au regard de son extraction issue de la bourgeoise judiciaire de Vesoul), il est exilé sans solde ni traitement et s’installe à Lyon.

J.E. de Saint-Thomas, Garde du corps du Roi, Compagnie de Noailles, par F. de Bonneval, 1816. © Collection Rebillard – Dumas de Vaulx.

Ruiné, il séduit et emporte à la surprise générale l’un des plus beaux partis de la Ville : Athénaïs, la fille du colonel Ovide de Cuzieu et de Suzanne d’Affaux, dame baronne de Saint-Lager en Beaujolais, une famille érudite et déjà connue à Lyon pour le goût très sûr de ses collections. De cette union naissent trois enfants, dont seuls deux atteignent l’âge adulte : Clémentine (1823-1898) et Ludovic (1832-1907).

Sa fortune assurée, le chevalier de Saint-Thomas – ainsi se fait-il désormais appeler en référence à sa croix de chevalier de Saint-Louis et à ses opinions monarchistes – commence alors à abondamment collectionner tableaux et antiquités. En 1830, il acquiert le château des Athiauds à Saint-Germain-Lespinasse, au Nord-Ouest de Roanne (Loire), et devient de plus en plus forézien malgré ses nombreux séjours parisiens.

A son adhésion à la monarchie de Juillet, il rejoint la garde nationale en qualité de chef d’escadron et obtient le gouvernorat du château d’Écouen, propriété abandonnée sujette à d’interminables conflits juridiques entre les princes de Condé et l’institution de la Légion d’honneur qui ne trouvent leur fin qu’en 1838. Pendant ce temps, profitant de ses fonctions, de ses relations et de son entregent, il poursuit l’enrichissement de ses collections.

Nommé en 1843 inspecteur des Monuments historiques du département de la Loire, nouvelle institution dirigée par Prosper Mérimée, il est révoqué en 1851 par le nouveau préfet bonapartiste. Concomitamment, il acquiert en 1845 les anciennes prisons depuis longtemps abandonnées, installées dans la forteresse médiévale délabrée de la ville Roanne, qu’il rénove et reconstruit partiellement dans le culte de la Monarchie et dans l’exhibition de sa propre réussite, pour y créer l’écrin de ses collections aussi fastueuses que mystérieuses selon la légende locale.

Dans la liste des membres du congrès scientifique de France en 1862, il est dit « membre de plusieurs académies » sans précision. Il apparait en 1863 dans la liste des membres de la société de la Diana à Montbrison (Loire) mais se querelle vite avec cette société savante portée par Victor Fialin, duc de Persigny, un voisin de Saint-Germain-Lespinasse bien trop bonapartiste pour réussir à être en bons termes avec lui !

J. E. de Saint-Thomas avec ses antiquités, photographie, vers 1865. © Collection Rebillard – Dumas de Vaulx.

Très âgé, il voit mourir son épouse Athénaïs de Cuzieu en 1871 ainsi que, en 1874, sa seule et unique petite fille, Athénaïs Andrieu de Vaulx, qui ne s’est jamais relevée de ses couches et laisse orpheline une petite Clémentine née en 1873. Marqué par ce drame qui lui rappelle celui de son enfance, il s’éteint au château de Roanne le 15 janvier 1875 dans sa 90e année et est inhumé dans le caveau familial qu’il s’est fait construire au cimetière de Saint-Germain-Lespinasse, face à celui de son « ennemi » le duc de Persigny, décédé en 1872.

A sa mort, il laisse une fortune confortable et une innombrable collection d’environ 12 000 pièces, notamment 2000 antiquités, 2000 gravures et 200 tableaux. Toutes les antiquités sont rapidement dispersées par ses enfants, notamment au printemps 1876 par le ministère de Me Boussaton, commissaire-priseur à Paris. Même décédé, sa réputation mystérieuse et controversée ne cesse de semer le doute parmi les spécialistes d’antiquités, certaines pièces monnayées ou léguées s’avérant être des faux.

Construisant sa propre légende personnelle, le chevalier de Saint-Thomas préférait, à la rigueur scientifique, l’esthétique et les honneurs que pouvaient lui apporter la renommée de sa collection ; il ne s’embarrassait sans doute guère de la fiabilité des origines de ses antiquités. Ni conservateur, ni archéologue, pur autodidacte, il fut un accumulateur compulsif et un marchand opportuniste, à l’image du romantisme du XIXe siècle et de sa quête d’aventures.

Ses collections se trouvent aujourd’hui notamment au musée du Louvre à Paris, au musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye, au musée de la Céramique de Sèvres et au musée Joseph Déchelette de Roanne. Si certaines pièces des collections publiques sont d’une grande qualité, d’autres se sont avérées être le produit de contrefaçon sans que l’on sache (ou que l’on prouve) si le chevalier a lui-même été abusé ou a participé directement à ces mystifications de faussaire.


Pour citer cet article : Vincent REBILLARD, "Le chevalier de Saint-Thomas (1785-1875)", dans Digital Muret, mis en ligne le 02/03/2022, https://digitalmuret.hypotheses.org/1541.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search