Pièce maîtresse. Un fragment de la collection de Jean-Baptiste Muret

Le 3 octobre 2022 se tiendra la table ronde conclusive du programme « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) » porté par Cécile Colonna, conservatrice en chef du patrimoine à l’INHA. Dans le tiers médian du XIXe siècle, Jean-Baptiste Muret, dessinateur attaché au Cabinet des médailles, a non seulement représenté pas moins de 8000 objets sur près de 2000 planches (accessibles sur Gallica, et dont le « Digital Muret » propose une édition critique numérique), mais également collectionné les antiques. En attendant la publication d’une sélection de ses possessions, découvrons le cas passionnant de ce fragment conservé à la BnF…

Fragment de cratère à reliefs : scène de combat

Sparte, vers 580-570 av. J.-C. Prov. Magoula (Laconie)

Terre cuite, décor estampé. Engobe. H. 25,5 cm ; L. 28 cm ; ép. 3,5 cm

BnF, MMA, Reg.F.1328, De Ridder.166

1. « armez votre bras du bouclier, poussez hardiment vos lances, sans épargner votre vie » (Tyrtée, IV trad. M. Humbert)

1.1. Un combat…

La bataille fait rage sur ce fragment de col de cratère à reliefs : gisant au sol, un guerrier armé de pied en cap (casque corinthien, cuirasse et bouclier échancré, dit béotien) est l’enjeu du combat1. Au premier plan, deux soldats dont la panoplie ne diffère que pour le bouclier (échancré et orné de deux étoiles dans un cas, rond – l’hoplon – dans l’autre) s’affrontent à la lance, l’épée au côté. Des compagnons accourent leur prêter main forte : à gauche, un archer décoche une flèche en direction de son vis-à-vis, un frondeur revêtu d’une peau de fauve ocellée (pardalide), serrant le poing autour de son projectile2.

1.2. … mythologique ? 

Philippe Le Bas, son premier éditeur, y reconnaissait la lutte fratricide des fils d’Œdipe, Étéocle et Polynice, rivaux pour le trône de Thèbes, sans toutefois emporter l’adhésion3. Au siècle suivant, Fernand Courby énonçait d’autres circonstances mythologiques – la bataille livrée pour récupérer le cadavre d’Hector ou Patrocle –, pour aussitôt leur préférer quelque scène générique4, dont le caractère formulaire n’empêcherait pas la dimension héroïque, que suggère le choix du bouclier échancré5. L’écho que trouvent les hoplites affrontés dans la poésie martiale du poète spartiate Tyrtée n’a pas non plus manqué d’attirer l’attention des commentateurs6

2. « L’un des spécimens les plus anciennement connus de cette technique est précisément au Cabinet des Médailles » (De Ridder 1901-1902, p. 59)

2.1. La « féconde moisson » de Philippe Le Bas (Le Bas in Reinach 1888, p. XV)

Reinach 1888, pl. 105 © INHA

« j’ai en outre fait emplète (sic) au village de Magoula d’un objet d’art très-important, selon moi7 », rapporte Philippe Le Bas (1794-1860) à la mi-août 1843, alors qu’il avait été chargé par le ministre de l’Instruction publique d’une mission archéologique – épigraphique au premier chef – en Grèce et en Asie mineure (1842-1844). Peut-être même peut-on dater du mois de juillet cette acquisition, puisque la correspondance de l’helléniste atteste sa présence à Gythion le 8 juillet et à Kalamata le 238. Son compagnon de route Eugène Landron (1816-1895), « jeune architecte dessinateur (…) d’un talent hors ligne, dû surtout à une admiration bien sentie pour l’antiquité grecque »9 recruté sur les conseils avisés de Prosper Mérimée10, lève quelque 450 dessins à l’occasion de ce savant périple de deux ans : le fragment de la BnF est bien gravé par ses soins à la planche 105 de l’ouvrage que P. Le Bas tire de son expédition. 

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

« M. Landron est un artiste intelligent et actif dont l’admiration déjà prononcée pour les chefs-d’œuvre de l’art grec s’est encore accrue pendant le séjour qu’il vient de faire à Athènes et dans le Péloponèse (sic) (…) » Lettre de P. Le Bas au Ministre de l’Intérieur, le 19 septembre 1843 (Archives nationales, F/21/2286), aimablement communiquée par F. Héricher © Florent Héricher

Au cours de sa mission, l’érudit collecte « différents objets d’art que, conformément aux instructions de M. Villemain [ministre de l’Instruction publique], [il a] acquis pour le compte du Musée du Louvre, et qui y figurent aujourd’hui »11. Pourtant, tous les objets mobiliers reproduits par E. Landron n’ont pas suivi ce chemin, au point que S. Reinach déplore que « Retrouver la trace de monuments dessinés il y a près de cinquante ans par Landron était un travail très difficile, qui nous a coûté plusieurs années de recherche12. »… parfois infructueuses. Ainsi Olivier Gengler a-t-il reconnu dans un bronze votif acheté à Mistra13 une cymbale léguée en 1925 par Wilhelm Froehner à la Bibliothèque nationale14

D’autres bronzes avaient déjà rejoint cette institution à la faveur du legs du commandant Oppermann en 1874 : le manche de miroir Bronze.20015, peut-être la figurine Bronze.76116 (à condition de renoncer à la provenance gallo-romaine annoncée par Babelon et Blanchet 1895, p. 334), voire également la statuette Bronze.80817 (si elle a bien été la propriété de Le Bas, elle n’est pas publié dans le Voyage). 

2.2. Le « rilievo ora Muret » (Conze 1870, p. 279, note 4).

Mais c’est à la générosité d’Ernest Muret que l’on doit la première de ces entrées au Cabinet des médailles, en 1866 : ce fragment, que son père avait dessiné en 1861 – un an après le décès de Ph. Le Bas – et dont Alexander Conze témoigne qu’il se trouvait dans la collection du dessinateur en 186218. Pour avoir la priorité, cette libéralité venait également enrichir un noyau d’une remarquable précocité : dès 1833, la Bibliothèque obtenait de Peter Oluf Brøndsted des fragments de pithoi archaïques à reliefs (De Ridder.166bis et ter), alors « fort rares ou même tout à fait inconnus : Le Bas n’avait pas encore rapporté de Magoula en Laconie les combattants que possède également le Cabinet », souligne André De Ridder19. Si leur authenticité a éveillé des doutes, J.-B. Muret ne s’y est pas trompé, qui leur consacre des splendides aquarelles20.

3. Un cratère à reliefs laconien archaïque

3.1. Reconstitutions

Le cratère fragmentaire de l’héroon, Sparte, musée archéologique, inv. 1763. Tiré de Kaltsas 2006, p. 131, cat. 47 (Kakourou)

En 1905, l’école britannique d’archéologie publie les fragments d’un vase à reliefs découvert à Sparte, dans l’héroon dit d’Astrabakos, situé près du fleuve Eurotas21, qu’un autre tesson mis au jour en 190722 est venu enrichir : le décor estampé de son col est manifestement issu du même moule que le fragment de la BnF23 ! Combinés, ils couvrent l’essentiel du panneau figuré, comme l’illustre une planche synthétique évocatrice élaborée grâce à l’envoi par Ernest Babelon, directeur du Cabinet des médailles, à ses collègues britanniques d’un moulage du fragment de la BnF24.

Le plâtre du fragment de col du vase de l’héroon des rives de l’Eurotas qu’il reçoit de son confrère Alan J.B. Wace25 est toujours conservé à la Bibliothèque nationale.

Moulage du fragment du col de Sparte inv.1763 conservé à la BnF © Louise Détrez
détail de l’inscription du revers © Louise Détrez

À l’instar du vase censément « jumeau » provenant de l’héroon du voisinage de l’Eurotas, l’épaule du cratère dont est issu le fragment de la BnF offrait-elle également le thème, récurrent dans la série26, du guerrier monté dans un bige mené par un aurige (dans le cadre d’une compétition ?), et sa panse des rosettes, tout comme les deux exemplaires complets conservés27 ?

Cratère à reliefs laconien, vers 630-620, provenant d’un bâtiment situé derrière le front de scène du théâtre, H.69 cm, musée archéologique de Sparte inv. 3099. Tiré de Schleiffenbaum 1991, R2, Abb.1.

3.2. Une offrande héroïque ?

Réalisés vraisemblablement dans des ateliers éphémères, les grands vases à reliefs d’époque archaïque (VIIe-VIe siècles av. J.-C.) sont façonnés au tour lent, et ornés, ayant atteint la « consistance cuir », de reliefs d’applique estampés dans un moule, avant de recevoir un engobe28. Il est fréquent que le revers, plus négligé, ne soit pas historié29. La série n’est nullement l’apanage d’une seule région : la Crète, Rhodes, les Cyclades et le continent (Béotie, Corinthe, Laconie) s’illustrent dans la production de ces grandes jarres de stockage (pithoi) affectant fréquemment la forme de l’amphore30.

Dans ce paysage, l’atelier spartiate, le plus tardif (625-550 av. J.-C. environ), se singularise par plus d’un trait. La modestie du format d’abord : loin du registre monumental, les exemplaires laconiens culminent à 70-80 cm31. La forme, ensuite. C’est au cratère, bien plus qu’à l’amphore, que ressortissent ces vases, qui pourraient se revendiquer les ancêtres du kratèr lakonikos – autrement dit le cratère à volutes et ses variantes –, selon C.M. Stibbe : la double volute des anses préservées, les deux degrés de la lèvre et la silhouette générale leur sont communs aux prestigieux cratères à volutes de bronze laconiens32. À la différence des autres séries, le corpus spartiate semble enfin avoir essentiellement eu une destination votive. Si le cratère – presque complet – découvert dans le bâtiment jouxtant le front de scène du théâtre faisait office de citerne, c’est en emploi secondaire33, tandis qu’aucun n’a contenu d’inhumation, et que leur utilisation comme marqueurs de tombes – couchés, face ornée vers le haut – d’une élite cultivant l’héroïsme martial demeure débattue34. En revanche, ils sont abondamment attestés dans les sanctuaires de divinités telles Artémis Orthia et Athéna (sur l’acropole), mais surtout de héros – ainsi de l’exemplaire de l’héroon des rives de l’Eurotas, et d’une découverte au voisinage du grand autel plus septentrional (héroon de Lycurgue ?) – probablement comme ex votos35.

D’autres fragments viendront-ils compléter le « cratère Muret » et éclairer les circonstances de sa dédicace ?

Pour citer cet article : Louise Détrez, "Pièce maîtresse. Un fragment de la collection de Jean-Baptiste Muret", dans Digital Muret, mis en ligne le 05/06/2022, https://digitalmuret.hypotheses.org/1640.

Bibliographie de l’œuvre

– Agorha : https://agorha.inha.fr/ark:/54721/58205da5-57b4-4a0c-beea-c80c824d3dfd

BAPD 9037027

– Registre F : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53096749d/f90.item#

– Jean-Baptiste Muret, Recueil, vol. 3, pl. 192, f°185 

Ernest Beulé, Etudes sur le Péloponnèse, Paris, 1855, p. 95, note 1.

Samuel Birch, History of Ancient Pottery, Londres, 1873, p. 396.

– Robert Carr Bosanquet et al., « Laconia : II. Excavations at Sparta, 1906 », Annual of the British School at Athens, XII, 1905-1906, p. 277-479, p. 292 (A.J.B. Wace).

– Alexander Conze, « Sculture spartane », Annali dell’Instituto di corrispondenza archeologica, 1870, p. 272-290, p. 279.

Fernand Courby, Les vases grecs à reliefs, Paris, 1922, p. 89

R.M. Dawkins (dir.), The Sanctuary of Artemis Orthia at Sparta, Londres, 1929, p. 92-94 et pl. XV et XVI.

André De Ridder, Catalogue des vases peints de la Bibliothèque nationale, Paris, 1901-1902, n°166, p. 59, 67-68.

André De Ridder, « Vases archaïques à reliefs », Mélanges Perrot. Recueil de mémoires concernant l’archéologie classique, la littérature et l’histoire anciennes, Paris, 1903, p. 297-301.

Pericle Ducati, Storia della ceramica greca, II, Florence, 1922, p. 499-500.

Victor Duruy, Histoire des Grecs : formation du peuple grec, Paris, 1887, p. 326.

Marcelle Flot, Corpus vasorum antiquorum, Bibliothèque nationale 2, France 10, Paris, 1931, pl. 94

– Stephen Hodkinson, Property and Wealth in Classical Sparta, Duckworth, 2000, p. 241, fig. 11.

Leopold Julius, « Zwei peloponnesische Bronzen Athen: In Commission bei Karl Willberg », Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts, Athenische Abteilung III, 1878, p. 14-18, p. 17.

Nikolaos Kaltsas, Athens-Sparta, cat. exp. New York Onassis cultural center, Athènes, 2006, cat. n°47, p. 131 (Christina Kakourou).

Philippe Le Bas, « Voyages et recherches archéologiques en Grèce et en Asie mineure », Revue archéologique, 1844, pp. 705-722, p. 722.

Philippe Le Bas (dir.), Voyage archéologique en Grèce et en Asie mineure, Planches de topographie, de sculpture et d’architecture publiées et commentées par Salomon Reinach, Paris, 1888, p. 199 et pl. 105.

Arthur Milchhöfer dans Heinrich Dressel et Arthur Milchhöfer, « Die antiken Kunstwerke aus Sparta und Umgebung », Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts, Athenische Abteilung II, 1877, p. 293-474, p. 318 n°19.

Georges Perrot et Charles Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, IX, Paris, 1911, p. 162-164.

– Edmond Pottier, « Vases à reliefs provenant de Grèce », Monuments grecs II, Paris, 1886, p. 43-, 56, n°18.

– Arthur Maurice Woodward, “Excavations at Sparta”, The Annual of the British School at Athens, 1926, p. 173-254.

– Hannelore Eva Schleiffenbaum, Der griechische Volutenkrater: Form, Funktion und Sinngehalt einesantiken Prunkgefässes, Francfort, 1991, p. 19-31, 230-238, R3.

Bibliographie complémentaire sur la série

– Maria Pipili, “The Recipients of the Volute-Kraters in Greece”, dans Juliette de la Genière et al. (dir.), Le cratère à volutes : destinations d’un vase de prestige entre Grecs et non-Grecs, Cahiers du CVA France n°2, Paris, 2014, p. 27-42

– Adam Rabinowitz, “Drinking from the same Cup”, dans Stephen Hodkinson (dir.), Sparta. Comparative Approaches, Oxford, 2009, p. 113-192

– Eva Simantoni-Bournia, La céramique grecque) reliefs. Ateliers insulaires du viiie au vie siècle av. J.-C., Genève, 2004.

– C.M. Stibbe, Laconian Mixing-Bowls: a History of the Krater Lakonikos from the seventh to the fifth century B.C., Amsterdam, 1989.

Bibliographie complémentaire sur l’historique de l’oeuvre

Florent Hericher, Philippe Le Bas (1794-1860), un républicain de naissance, mémoire de Master 2 présenté sous la direction de Michel Biard, Université de Rouen-Normandie, Saint-Agathon, 2021.

Olivier Gengler, « Une épingle pour Artémis Limnatis », Revue archéologique 2009.1, p. 53-68.

– Léon Le Bas, « Voyage archéologique de Philippe Le Bas en Grèce et en Asie Mineure, extraits de sa correspondance », Revue archéologique 31, 1897, p. 238-264 et 381-400 ; 32, 1898, p. 85-115 et 286-301.

Remerciements

– Mathilde Avisseau-Broustet

– Cécile Colonna

– Michael Loy

– Florent Héricher

  1. Un blessé : Courby 1922, p. 91. []
  2. Bosanquet et al. 1906, p. 292. []
  3. Le Bas 1844, p. 722. Conze 1870, p. 279, note 4 ; Reinach 1888, p. 99. []
  4. Courby 1922, p. 91. []
  5. Hodkinson 2000, p. 241-242 ; Kakourou 2006, p. 131. []
  6. Hodkinson 2000, p. 241. []
  7.  Le Bas 1844, p. 722. []
  8. Le Bas 1897 et 1898 ; Héricher 2021. []
  9. Le Bas, in Reinach 1888, p. XVII. []
  10. Héricher 2021. []
  11. Le Bas, in Reinach 1888, p. XIX. Sur des fonds alloués par le ministère de l’Intérieur, précise F. Héricher, qui se fonde sur la lettre de P. Le Bas au ministre de l’Intérieur du 19 septembre 1843 (l’enveloppe initiale de 12000 francs couvrait la rémunération de l’artiste à hauteur de 4000 francs, tandis que 8000 étaient « consacrés aux achats et aux frais de moulage », AN F/21/2286), et ajoute que ces dépenses ont ultérieurement donné lieu à contestation (communication personnelle). []
  12. Reinach 1888, p. VII []
  13. Reinach 1888, pl. 108, n°2-3. []
  14. Froehner.699 : Gengler 2009. []
  15. Reinach 1888, pl. 107 n°II et p. 101 ; Babelon et Blanchet 1895, p. 90. []
  16. Reinach 1888, pl. 107, n°III et p. 101. []
  17. Babelon et Blanchet 1895, p. 348-349. []
  18. Conze 1870, p. 279. []
  19. De Ridder 1903, p. 297. Voir aussi De Ridder 1901-1902, p. 59. []
  20. Muret, vol. III, pl. 192 et IV, pl. 109 et 110. []
  21. Bosanquet et al. 1906, p. 292. []
  22. Dawkins 1929, p. 93. []
  23. Si le fragment de la BnF complète la scène commune au vase de Sparte, les deux lots appartiennent bien à deux objets distincts, cf. Schleiffenbaum 1991, R3, p. 232. []
  24. Bosanquet et al. 1906, p. 292, note 2 et pl. IX. Je remercie Michael Loy de m’avoir indiqué que cette épreuve, selon toute probabilité, ne se trouve plus dans les locaux de l’école britannique d’Athènes. []
  25. Comme le précise l’inscription manuscrite portée au crayon graphite au revers du tirage. []
  26. Stibbe 1989, p. 66 ; Schleiffenbaum 1991, p. 25. []
  27. Hodkinson 2000, p. 241 ; Kaltsas 2006, p. 131 (Kakourou). []
  28. Stibbe 1989, p. 67 ; Simantoni-Bournia 2004, p. 12-14. []
  29. Schleiffenbaum 1991, p. 24. []
  30. Simantoni-Bournia 2004. []
  31. Stibbe 1989, p. 66 ; Schleiffenbaum 1991, p. 21. []
  32. Stibbe 1989, p. 18, 67 ; Schleiffenbaum 1991, p. 16, 21 ; Simantoni-Bournia 2004, p. 11 ; Pipili 2006, p. 27-28 ; Rabinowitz 2009, p. 125. []
  33. Woodward 1926, p. 199-200 ; Schleiffenbaum 1991, R2, p. 21 ; Hodkinson 2000, p. 240. []
  34.  Schleiffenbaum 1991, p. 100-102. Néanmoins : Hodkinson 2000, p. 239-243 ; Simantoni-Bournia 2004, p. 16 ; Rabinowitz 2009 p.127 propose qu’ils aient pu contenir comme contenant à vin lors des funérailles. []
  35. Dawkins 1929, p. 88 ; Schleiffenbaum 1991, p. 100-104 ; Hodkinson 2000, p. 240. Rabinowitz 2009, p. 163 envisage un emploi sympotique rituel. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search