Deux œuvres de Jean-Baptiste Muret

Dans le Bénézit (Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d’écrivains spécialistes français et étrangers, avec une version numérique), l’entrée de Jean-Baptiste Muret précise qu’il est “aquarelliste, lithographe et dessinateur”. Seules deux œuvres sont citées :

On voit de lui au musée de Poitiers : Mosaïque Grecque imitée en camaïeu, et à celui de Sens, L’Ancienne porte Saint-Antoine de Sens, aquarelle.

Mosaïque grecque imitée en camaïeu


Mosaïque grecque imitée en camaïeu, dessin à la mine de plomb et aquarelle, signé « Muret, 1836 », H. 26 cm, L. 18 cm, legs Jules Charbonnel, 1870, musées de Poitiers, sn.

La première, au musée de Poitiers, est en fait un dessin à la mine de plomb aquarellé qui représente une mosaïque en relief. Elle porte la signature “Muret 1836”, et apparait dans le catalogue du musée en 1884 sous le numéro 212-217.

Ce dessin provient du legs de Jules Charbonnel en 1870. Ce collectionneur avait travaillé dans sa jeunesse au Cabinet des Médailles, entre 1855 et 1857, avant de revenir à Poitiers1. C’est sans doute là qu’il a fait la connaissance de Jean-Baptiste Muret, et qu’il est alors entré en possession du dessin.

De format plus réduit que les planches du Recueil (26 x 18 cm), elle relève d’une technique tout à fait similaire. Elle a très certainement servi de dessin préparatoire à la gravure publiée en 1836 par Désiré Raoul-Rochette dans ses Peintures antiques inédites précédées de Recherches sur l’emploi de la peinture dans la décoration des édifices sacrés et publics, chez les Grecs et chez les Romains, faisant suite aux Monuments inédits. Cette gravure, en noir et blanc, ne porte pas de signature ; elle est colorée dans certains exemplaires.

Raoul-Rochette considère cette mosaïque comme un rare témoignage des décors muraux antiques :

C’est une figure d’Espérance, exécutée dans le style grec le plus pur, et dans ce même système de mosaïque en relief, dont je publie un dessin, de la même grandeur que l’original, lequel se conserve à Naples dans le cabinet de Mr l’ancien archevêque de Tarente. Ce bas-relief a pour pendant une figure de Mercure debout, la main gauche étendue, et la droite appuyée sur la tête d’une bélier, animal symbolique de ce dieu, suivant le culte qu’il en recevait dans plusieurs cités grecques, notamment à Tanagra. Ces deux mosaïques en relief proviennent, suivant une tradition dont je ne garantirais pas la certitude, de l’emplacement de l’antique Métaponte ; mais quand à leur authenticité et à leur mérite, comme monuments de style grec, employés à la décoration de quelque temple ou de quelque grand édifice, d’une époque romaine, il ne saurait y avoir lieu au moindre doute.

Désiré Raoul-Rochette, Peintures antiques inédites, Paris, 1836, p. 395-396.

Si la provenance de Métaponte ne le convainc pas, le savant considère donc cette mosaïque comme antique, comme son pendant avec Mercure, et comme aussi les deux exemplaires similaires conservé au Cabinet des Médailles de Paris dont il avait à l’époque la charge :

Il en existe une répétition, avec de très-légères variantes, dans notre cabinet des Antiques ; à savoir, les deux mêmes figures d’Espérance et de Mercure, traités du même style, dans le même procédé et à peu près de la même proportion : l’une desquelles, l’Espérance, était depuis longtemps connue, si toutefois on peut dire qu’elle fût réellement connue par la gravure qu’en avait publiée M. de Caylus.

Désiré Raoul-Rochette, Peintures antiques inédites, Paris, 1836, p. 396.

La figure féminine provenant de la collection Caylus et publiée par lui est en effet très proche de celle dessinée par Muret ; celle de Mercure provient de la saisie du Cabinet de l’abbaye de Sainte-Geneviève sous la Révolution. Cependant, contrairement à ce qu’affirme Raoul-Rochette, toutes ces mosaïques en relief n’ont rien d’antique, elles ont été fabriquées à Rome au 18e siècle pour plaire au goût des collectionneurs du temps.

Muret a donc dessiné cette mosaïque, selon la technique qui lui était habituelle, en vue de la publication de D. Raoul-Rochette en 1836. Il l’a peut-être ensuite donné à son jeune et éphémère collègue au Cabinet des Médailles Jules Charbonnel, qui l’a léguée avec le reste de sa collection au musée de Poitiers.

L’Ancienne porte Saint-Antoine de Sens

La deuxième œuvre est plus inhabituelle dans le corpus du dessinateur. Il s’agit d’une une aquarelle de petit format, 19 x 14 cm, représentant L’Ancienne porte Saint-Antoine de Sens. Elle apparaît dans l’inventaire du musée en 1891, mais sans aucune précision sur les conditions d’entrée au musée. La signature du dessinateur apparait en bas à gauche.

L’Ancienne porte Saint-Antoine de Sens, aquarelle signée Muret, sd, H. 19 cm, L. 14 cm, musées de Sens, inv. 2017.0.BA.71.

La vue assez pittoresque montre la porte datant du 14e siècle, avec au fond la tour de plomb de la cathédrale ; des personnages évoluent sur la route et entre les grands arbres qui encadrent la composition. La palette chromatique est assez atténuée, relevée de la ponctuation blanche des coiffes féminines et des reflets du soleil sur la porte et les murs. Muret n’a pas choisi de faire une représentation du monument isolé, comme on peut le voir sur certaines gravures de l’époque, mais plutôt une scène plaisante.

On peut signaler des liens de Muret avec la ville de Sens : il dessine des objets du cabinet de Jean-Baptiste Poncelet et de celui d’Alfred Lorne, d’autres du musée de Sens. Mais on ne sait rien sur les circonstances de la création de cette aquarelle. La porte a été démolie en 1832 : si Muret l’a peinte sur site, comme il est probable, il s’agit donc d’une de ses œuvres de jeunesse.


Pour citer cet article : Cécile Colonna, "Deux œuvres de Jean-Baptiste Muret", dans Digital Muret, mis en ligne le 22/06/2022, https://digitalmuret.hypotheses.org/1803.

Merci à Cécile Joyeux, chargée d’informatisation et gestion des collections aux musées de Poitiers, et Dorothée Censier, responsable des collections Beaux-Arts aux musées de Sens, pour leur aide et les renseignements communiqués.

  1. J.-J. Lucas, Collectionneurs en province : Ouest-Atlantique, 1870-1953, Rennes, 2012, p. 67- p. 69 []

Cécile Colonna

conservatrice en chef du patrimoine, conseillère scientifique pour le domaine histoire de l'art antique et de l'archéologie, INHA

More Posts


Cécile Colonna

conservatrice en chef du patrimoine, conseillère scientifique pour le domaine histoire de l'art antique et de l'archéologie, INHA

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search