Identifier les monnaies dans les recueils de Jean-Baptiste Muret

Les figures mythologiques, leurs exploits ou les épisodes de leurs vies, sont au cœur de la réflexion de Jean-Baptiste Muret : de fait, la mise en recueil de ses dessins obéit à une forme de classification selon des thèmes récurrents. Ainsi, le cortège dionysiaque, le thiase marin, la fertilité, Achille, Pégase, cohabitent avec des scènes de vie telles que la chasse, la navigation, etc. sans que l’on puisse savoir si ce regroupement et cet ordre précis est de son fait, ou bien s’ils doivent être attribués à son fils.

Au sein de l’oeuvre de Muret, il y a une catégorie d’objet particulièrement bien intégrée à cette réflexion sur l’iconographie du mythe : la monnaie, objet historique étudié par les numismates. En effet, la monnaie est un support privilégié de représentation de certains épisodes de la mythologie, de certaines divinités ou personnages héroïques, car elle est avant tout un vecteur de communication politique et historique pour l’autorité émettrice (empereur, province, koinon, cité, etc.). Qu’il s’agisse de s’attacher à la puissance agissante de tel ou tel dieu, ou de revendiquer le passé glorieux du héros fondateur de la cité, on retrouve fréquemment dans les dessins de Muret des monnaies choisies pour les épisodes représentés sur leur droit ou leur revers, indépendamment de leur valeur intrinsèque ou de leur rareté. Par exemple, les monnaies d’Athènes comportent quasi-systématiquement la fameuse “chouette” d’Athéna. Celles d’Égine vont comporter une tortue : d’abord tortue de mer, signe de sa puissance maritime, puis après sa défaite contre Athènes, tortue de terre. Énormément de monnaies de Corinthe vont quant à elle montrer une image de Pégase et / ou de Bellérophon, du fait du culte héroïque particulièrement important qui leur était consacré dans la cité. Les exemples sont aussi nombreux qu’il y a de monnaies, de frappes, de cités, d’autorités émettrices : l’actualisation de ces images, leur réinvention progressive à des fins idéologiques, mais aussi la diversité des systèmes de poids et d’aloi, président ici à la considérable variété de la monnaie antique.

En proportion de certaines catégories d’œuvres, les monnaies sont numériquement bien représentées, avec 375 pièces. On y retrouve des origines géographiques et des chronologies très diverses, allant des monnaies d’électrum des tous premiers temps du monnayage grec anatolien, jusqu’à la fin de l’Empire romain, en passant par les monnaies provinciales grecques et romaines, les monnaies grecques classiques, des monnaies italiques, et même certaines monnaies des confins du monde hellénistique, avec quelques éléments issus des royaumes indo-grecs voire même certaines monnaies carrées de l’Empire Kushan.

Objet sériel, normé, régulier, frappé souvent en très grande quantité, la monnaie chez Muret pose donc un sérieux problème : comment identifier avec certitude un exemplaire monétaire précis, notamment quand certaines frappes sont conservées à plusieurs centaines d’exemplaires, et que certaines ne diffèrent que par une légère contremarque ?

Exemple d’une monnaie de Sinope portant une contremarque sur son droit

Par ailleurs, Muret s’intéressant surtout à l’iconographie, certaines monnaies ne sont dessinées que d’un seul côté… (comme c’est le cas pour ces 3 exemplaires dans la galerie ci-dessous). Or, souvent, pour identifier avec certitude une monnaie ancienne, il faut pouvoir avoir le droit et le revers, afin d’être sûr de la “liaison de coin” et ne pas confondre deux exemplaires ne différant que par un des côtés. C’est le cas notamment pour 3 monnaies présentées dans la galerie ci-dessous : une monnaie de Corycos, en Cilicie (Turquie actuelle), dessinée seulement d’un côté. Par chance, on sait que cette monnaie a été émise sous Philippe l’Arabe. La forme du flan est caractéristique, avec quelques renflements en bas à droite, on ne pouvait donc pas la confondre. Deuxième exemple, cette monnaie de bronze d’Erythrées, à la frappe légèrement décentrée, dessinée d’un seul côté, mais suffisamment identifiable pour l’identifier comme cette monnaie émise sous Antonin le Pieux, très patinée. Enfin, un splendide statère d’argent de la cité de Poséïdonia – Paestum en Lucanie, en Italie du sud.

Le protocole de travail imaginé a donc été le suivant :

  • Tout d’abord, repérer l’autorité émettrice : cité, empereur, les deux à la fois.
  • Ensuite, repérer l’iconographie : personnage précis, objets tenus par les personnages
  • Puis, procéder avec ces mots clés (“Marcus Aurelius, Pisidia, Thunderbolt, Bow“, par exemple) à une première recherche sur certains sites agrégateurs de ventes aux enchères. En effet la monnaie est un objet dont les collectionneurs sont friands. Certains sites sont spécialisés dans la recherche de monnaies vendues par le passé, on peut donc avoir accès à un vaste panel de types monétaires bien référencés sans avoir à se plonger dans des centaines de pages de catalogues monétaires complexes à manipuler.

La deuxième étape est plus laborieuse : une fois le type identifié, il faut maintenant trouver l’exemplaire précis qu’a dessiné Muret, pour y attribuer un lieu de conservation actuel, un numéro d’inventaire, et considérer l’identification comme close.

Jean-Baptiste Muret dessinait avant tout et surtout pour le Cabinet des Médailles. A ce titre, nous avons supposé que l’immense majorité des monnaies dessinées dans son recueil étaient encore conservées aujourd’hui au Cabinet des Médailles, c’est à dire en fait à la Bibliothèque Nationale de France. Par chance, nous bénéficions d’un outil très puissant mis en place par la BnF : Gallica. En effet, sur Gallica, ont été mises en lignes plusieurs dizaines de milliers de monnaies grecques et romaines ! L’étape principale de recherche consiste donc à aller sur Gallica pour “vérifier” si telle monnaie, émise par telle cité et / ou sous tel empereur / souverain, est conservée.

Souvent, le processus est rapide : quelques dizaines de monnaies sortent en résultat de recherche, et il suffit de les passer toutes en revue pour espérer trouver celle qui correspond parfaitement à l’exemplaire dessiné par Jean-Baptiste Muret. En cela, la qualité du dessin d’origine est un réel atout : contrairement aux dessins monétaires du XVII-XVIIIe siècle, généralement très simplifiés (un cercle tracé au compas, un type de portrait retravaillé pour correspondre à un style proche de la gravure de l’époque, bref une monnaie idéale parfaitement centrée sans usure ni effets de frappe), Muret attache une réelle importance à documenter précisément l’état de la monnaie telle qu’il la voit : centrage de la frappe, usure du portrait, lacunes des légendes et inscriptions, position des lettres autour des visages, postures des corps. Pour le dire simplement : il est globalement impossible de confondre deux monnaies réelles, même si elles sont du même type, de la même frappe, car Muret propose un détail documentaire très poussé. Parfois, les notes mêmes de Jean-Baptiste Muret nous aident : il y indique la cité, l’empereur, ou d’autres informations sur l’iconographie. Les trois exemples précédents, Corycos, Erythrées, et Poséidonia, sont parlants !

Certaines monnaies sont ainsi identifiées en quelques minutes, du fait de leur rareté ou au contraire de la précision de l’information sur l’autorité émettrice (il n’est hélas pas possible de faire une recherche par thème iconographique dans Gallica pour les monnaies) d’autres en plusieurs heures, notamment pour des émissions très volumineuses conservées par centaines d’exemplaires à la BnF : difficile par exemple de trouver un exemplaire précis d’une monnaie de Corinthe représentant Pégase parmi les centaines de monnaies de Corinthe représentant Pégase… A l’heure actuelle, sur les 375 monnaies dessinées par Muret, 212 ont été passées en revue détaillée, et près de 160 ont pu être formellement identifiées et rattachées à un exemplaire réel, conservé à la BnF dans l’immense majorité des cas (voire, presque tous, puisqu’une seule monnaie a été retrouvée au British Museum, fruit d’un probable échange d’objets entre les deux institutions, comme cela est courant dans les cabinets monétaires européens).

Mais que faire donc, quand il est impossible de trancher, ou bien, tout simplement, quand la monnaie dessinée correspond à une section des monnaies de la BnF ne figurant pas encore sur Gallica (le travail étant encore en cours) ? Et bien il faut cette fois-ci faire appel à l’humain. Dans cette tache, l’équipe reçoit le secours et l’expertise de Julien Olivier et de Dominique Hollard, respectivement conservateurs pour les monnaies grecques et romaines de la BnF. Une fois toutes les monnaies passées en revue, nous leur apporterons nos lacunes, et leur connaissance fine de la collection et des catalogue papier nous permettra assurément de compléter nos identifications. Quant à celles qui résisteront à ces efforts, il faudra entamer la phase la plus incertaine, à savoir la recherche de ces monnaies dans les collections numismatiques étrangères, comme au British Museum ou à Munich par exemple !


Clément Salviani

Doctorant en archéologie (CER INHA - Paris 1), agrégé d'histoire. Italie préromaine, pratiques funéraires, icono, histoire militaire.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/08/2018

    […] Identifier les monnaies dans les recueils de Jean-Baptiste Muret, billet de blog de Clément Salviani […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.