Le Digital Muret comme expérience collective. Un atelier d’identification de bijoux antiques avec les élèves joailliers de l’Académie des métiers d’art.

Parce que la recherche est parfois vertigineuse, parce qu’elle peut impliquer le concept de big data, mais surtout parce qu’elle est avant tout collaborative, nous avons récemment entrepris de créer une structure de crowdsourcing utile à la saisie des informations dans le Digital Muret. Cette initiative se concrétisera très prochainement par la mise en ligne d’une plateforme zooniverse, donnant la possibilité à ceux qui le veulent de nous aider à localiser et à décrire un échantillon significatif de vases grecs dessinés par Jean-Baptiste Muret.

En attendant, nous avons décidé d’avoir recours à d’autres méthodes, les réseaux sociaux, mais aussi un atelier collaboratif de saisie de données, pensé dans le cadre d’une stratégie de publication à moyen terme et au titre d’une valorisation d’un partenariat entre secteurs public et privé travaillant sur un champ d’étude commun : le monde de l’art. Cet atelier a été réalisé grâce au concours des élèves bijoutiers de l’Académie des Métiers d’Art que nous tenons ici à remercier chaleureusement pour leur enthousiasme et pour leur détermination. Nous adressons également nos sincères remerciements à Johnny Walter, directeur de cet établissement, ainsi qu’à toute son équipe administrative et professorale. Notre reconnaissance va tout particulièrement à Betty Ramé, enseignante dans cette école, sans qui, la collaboration effectuée n’aurais jamais été possible. Enfin, nos remerciements les plus vifs s’adressent à l’équipe de la bibliothèque de l’INHA, avec une mention particulière pour Louise Louwagie dont le soutien et la disponibilité se sont révélés indispensables.

Dans la section joaillerie de l’Académie des Métiers d’art, les étudiants bénéficient notamment d’une formation sur l’histoire de la bijouterie. Cette perspective historique distillée dans leur enseignement nous a conduits à prendre contact avec eux et à les associer à un projet de saisie collaborative au cours duquel nous avons recherché dans la documentation disponible des bijoux protohistoriques et antiques dessinés par Jean-Baptiste Muret, aujourd’hui éparpillés dans les collections européennes. À cet effet, la bibliothèque a mis à notre disposition tous les ouvrages dont nous avions besoin, qu’il s’agisse de catalogues d’exposition, de collections muséales publiées, d’ouvrages thématiques ou encore de manuscrits du XIXè siècle. Nous avons également eu recours aux collections de musées publiées en ligne, en particulier celles du Musée du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France.

L’expérience s’est révélée fructueuse puisqu’elle nous a permis d’identifier 30 objets, aussi bien conservés à la BnF que dans d’autres musées européens (Musée archéologique national de Naples, Musée Für Vor-Und Fruhgestchichten de Berlin). L’œil averti des étudiants de l’Académie des Métiers d’art a rendu possible une description précise des œuvres, tant du point de vue de leur matériau que de leur forme, de leur datation, enfin, du registre iconographique dans lequel elles s’inscrivent. De leur côté, les étudiants ont pu apprendre à manier des outils documentaires spécialisés et ont pris connaissance de sources bibliographiques et numériques qui pourront leur être utiles pour la suite de leur formation et comme source d’inspiration future.

Nous envisageons de valoriser cette initiative en permettant aux étudiants qui le souhaitent de rédiger comme retour d’expérience un billet sur notre carnet de recherche. À terme, une publication du recueil II des dessins d’antiques de Muret est prévue. Ce volume, constitué de 1201 objets comporte 906 bijoux dont 241 ont d’ores et déjà pu être localisés. La contribution des élèves bijoutiers de l’Académie des Métiers d’Art se révèle à ce titre déterminante.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.