Jean-Baptiste Muret copiste ? L’exemple des vases plastiques de la Tombe d’Isis de Vulci

Fig. 19 - Comparaison Objet/Micali/Muret

Fig. 1 – Muret I, pl. 115

Le recueil Monuments antiques dessinés de Jean-Baptiste Muret (1833-1860) est une somme incontournable pour notre connaissance de l’archéologie du XIXe siècle alors en construction en tant que discipline scientifique. Outre les objets des collections françaises passés entre ses mains, le talentueux dessinateur a aussi illustré d’autres œuvres archéologiques auxquelles il ne semble pas avoir eu un accès direct. À la recherche de l’identification de ces objets dessinés, une planche en particulier a retenu notre attention. Il s’agit de la planche 115 du premier tome (fig. 1), qui présente les dessins de trois alabastres et un vase plastiques de style orientalisant, vases à onguents ou à huile parfumée, mais sans aucune légende nous permettant de les identifier.

 

Du dessin de Jean-Baptiste Muret à l’identification des objets


Fig. 2 – Muret I, pl. 115-1

Fig. 3 – Muret I, pl. 115-2

Fig. 4 – Muret I, pl. 115-3

Les trois alabastres colorisés de la planche 115 ont une iconographie similaire (figs. 2, 3 et 4). Il se terminent tous dans leurs parties supérieures en un buste féminin, les mains portées au niveau de la poitrine. Celui du centre, le plus complet, a conservé sa partie inférieure de forme élancée et arrondie, destinée à contenir le liquide ou l’onguent. La figure féminine, parée de deux colliers et dont la coiffure présente un décor en résille, porte sur sa poitrine un disque solaire ailé. Les deux autres alabastres, fragmentaires, figurent aussi chacun un buste féminin mais dont les mains sont placées selon une position différente : la femme de gauche tient ses tresses tandis que la femme de droite porte un objet (ou un petit animal?) comme offrande, l’autre bras est placé le long de son corps. Leurs coiffures sont composée de tresses bouclées et, contrairement au triple collier de la figure la plus complète, elles portent à leur cou une parure de quatre pendants ovoïdes. Enfin l’objet de la planche qui n’est pas colorisé (figs. 5a et 5b), vu de trois-quart et vu de profil de part et d’autre du corps de l’alabastre central, illustre un autre vase plastique prenant la forme d’une figure féminine assise sur un siège, les mains posées sur ses genoux.

Fig. 5b – Muret I, pl. 115-4

Fig. 5 – Muret I, pl. 115-4

Pour les trois premiers objets décrits, ce type d’alabastre anthropomorphe est bien connu des chercheurs spécialistes de la Méditerranée orientalisante et archaïque. Ils correspondent en effet à une classe d’objets assez rares en albâtre gypseux (environ 55 exemplaires connus) découverts dans divers contextes archéologiques des VIIe-VIe siècles av. J.-C., en particulier en Anatolie (Gordion), à Chypre (Amathonte), en Égypte dans le Delta du Nil (Naucratis), sur l’île de Rhodes (Camiros) et en Étrurie, notamment dans les nécropoles de Caere, Populonia, Chiusi, Tarquinia et à Vulci. Longtemps considérés comme des importations syro-levantines, l’origine de leur production est désormais discutée. Leur style éclectique, leur iconographie particulière, l’utilisation du matériau, l’albâtre gypseux, ainsi que les parallèles connus en terre cuite incitent désormais à y voir des produits importés d’un artisanat d’une culture matérielle hybride, peut-être anatolienne (Phrygie ? Lydie?), ionienne (Milet? Éphèse?), chypriote, naucratique ou rhodienne.

Dans ce corpus restreint, les nombreuses cassures et la précision des détails des objets dessinés par Jean-Baptiste Muret permettent de les identifier avec quatre alabastres conservés au département des Antiquités du British Museum à Londres. Ils appartiennent tous au riche matériel de la Tombe d’Isis de la nécropole de la Polledrara à Vulci, l’une des plus importantes découvertes archéologiques, avec la Tombe Regolini-Galassi de Cerveteri, des fouilles menées en Étrurie dans la 1ère moitié du XIXe siècle.

 

La Tombe d’Isis au British Museum


Fig. 6 – Plan du site de Vulci et de ses nécropoles, d’après Georges Dennis, The cities and cemeteries of Etruria, 1848.

La Tombe d’Isis a été découverte en 1839 par Lucien Bonaparte (1775-1840), Prince de Canino et frère de Napoléon, qui depuis 1828 fouillait intensivement les nécropoles de sa propriété sur le territoire de la cité étrusque de Vulci, dans la province de Viterbe. Les fouilles entreprises dans la nécropole de la Polledrara mirent au jour un an seulement avant sa mort un contexte funéraire exceptionnel à l’ouest de la zone du Ponte Sodo (fig. 6), à la localisation aujourd’hui incertaine, datable des dernières décennies du VIIe siècle à la première moitié du VIe siècle av. J.-C. Composée de deux chambres sépulcrales, peut-être d’un homme et d’une femme, elle contenait à la fois des objets importés d’Égypte, de Proche-Orient et de Méditerranée orientale, comme des œufs d’autruche, des scarabées et des gourdes du Nouvel An, ainsi que des productions locales, tels un diadème en or, de la céramique et toreutique orientalisante, une statue de femme en albâtre et un buste féminin en bronze martelé tenant un oiseau cornu, dont l’identification dès la découverte avec la déesse égyptienne Isis donna son nom à la sépulture.

Fig. 7 – J.-A.-D. Ingres, Portrait de la famille de Lucien Bonaparte, 1815 © Harvard Art Museums/Fogg Museum (au centre, Alexandrine de Bleschamps).

Malheureusement, aucun plan ni inventaire réalisés lors de la découverte ne sont parvenus jusqu’à nous et les archéologues doivent se fier aux listes des objets effectuées dans un second temps, lorsque les objets étaient présentés dans la demeure de Lucien Bonaparte à Musignano et peut-être mêlés avec d’autres trouvailles du site de Vulci et de ses alentours. C’est en 1844 que son épouse Alexandrine de Bleschamps (1778-1855) (fig. 7), alors veuve, vendit à l’archéologue et collectionneur Emil Braun (1809-1856) de l’Institut archéologique de Rome environ 70 objets de la tombe, lot que le British Museum acheta en 1850.

 

Les alabastres en albâtre gypseux et le vase plastique de la Tombe d’Isis


Fig. 8b – Londres, British Museum inv. 1850,0227.2 (Détail)

Fig. 8a – Londres, British Museum inv. 1850,0227.2

Les trois alabastres en albâtre gypseux du British Museum font partie des exemplaires les plus anciens du matériel de la tombe et peuvent être datés stylistiquement vers le dernier quart du VIIe siècle av. J.-C.

L’alabastre le plus complet (figs. 8a et 8b), haut d’environ 44 cm, trouve des analogies frappantes dans la plastique anatolienne, notamment à Gordion en Phrygie où un alabastre anthropomorphe comparable provient du Tumulus II et à Éphèse dans les ivoires et les ors du trésor archaïque de l’Artémision, si bien qu’une origine de production en Grèce de l’Est a été proposée.  Au vu de ces influences et de l’éclectisme de la composition iconographique, il pourrait s’agir à titre d’hypothèse d’une importante cité de l’Ionie comme Milet, Éphèse, Samos ou Colophon, dont les productions spécialisées de pierre et d’ivoires sont encore en grande partie méconnues. L’association femme-disque solaire ailé s’inspire assurément de l’iconographie syro-phénicienne des “female solar deities”, comme en témoigne par exemple les ivoires du Fort Salmanazar à Nimrud, les coupes chypro-phéniciennes de Salamis ou d’Idalion et certains objets “orientalisés” de la péninsule ibérique.

Fig. 9a – Londres, British Museum inv. 1850,0227.4 – Vue de face

Fig. 9b – Londres, British Museum inv. 1850,0227.4 – Vue de profil

Fig. 10a – Londres, British Museum inv. 1850,0227.3 – Vue de face

Fig. 10b – Londres, British Museum inv. 1850,0227.3 – Vue de profil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux alabastres fragmentaires (9,5 et 15 cm) (figs. 9 et fig. 10) sont d’un style différent de l’alabastre le plus complet. Certains traits stylistiques, dont le traitement des coiffures, font pencher pour une production locale de la fin du VIIe siècle av. J.-C. Par exemple, la manière singulière dont l’une des figures tient ses tresses se retrouve sur les cariatides des calices en ivoires de Cerveteri (Tumulus de Montetosto) et de Palestrina (Tombe Barberini) conservés au Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia, sur leurs versions en bucchero nero (Cerveteri, Tumulus degli Animali Dipinti), sur le goulot en ivoire de l’oenochoé vulcienne en œuf d’autruche de Pitino San Severino du Musée archéologique d’Ancône ainsi que sur une perle d’ambre de la fin du VIe siècle découverte en Campanie à Sala Consilina, de nos jours conservée au Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris (Petit Palais). Une trentaine d’exemplaires d’alabastres figurés en albâtre sont attribuables à ce groupe local, dont l’atelier producteur pourrait être situé à Vulci : un alabastre du Metropolitan Museum of Art de New York, daté du 1er quart du VIe siècle av. J.-C., en provient également (fig. 11).

Enfin, le quatrième objet représenté est un vase plastique en terre cuite polychrome, dont la coiffure, le col, les ourlets des manches et du bas du vêtement sont décorés à la feuille d’or (fig. 12). Reprenant le type des vases plastiques dits rhodiens, l’objet est attribué par analogies stylistiques et iconographiques à une production étrusque datable du 1er quart du VIe siècle av. J.-C., dont la cité de Vulci pourrait être l’atelier.

Fig. 11 – Alabastre provenant de Vulci. New-York, The Metropolitan Museum of Art, inv. 2008.332

Fig. 12a – Londres, British Museum inv. 1850,0227.53

Fig. 12b – Londres, British Museum inv. 1850,0227.53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dessins du recueil Muret : une copie altérée des dessins des Monumenti Antichi de Giuseppe Micali (1768-1844)


Néanmoins, certains détails des alabastres en albâtre du British Museum sont absents ou reconstitués dans les dessins de Jean-Baptiste Muret. Sur les dessins, les goulots présentent des cassures qui ne correspondent pas exactement à celles des objets réels. La poitrine de la figure centrale est par exemple absente et certains détails diffèrent, comme la forme plus arrondie des ailes du disque solaire ou encore l’animal tenu par l’une des figures féminines. Comment expliquer ces différences, alors même que Jean-Baptiste Muret respecte plutôt fidèlement les objets archéologiques qu’il dessine, dans leurs moindres détails ?

Fig. 13 – G. Micali, Monumenti inediti 1844, pl. IV, VI & VII

En réalité, notre dessinateur s’inspire ici, comme pour d’autres dessins du recueil, de dessins exécutés par G. Carroci pour l’archéologue Giuseppe Micali (1768-1844), en particulier des planches de son ouvrage Monumenti inediti a illustrazione della storia degli antichi popoli italiani publié en 1844. Dans les planches IV à VIII (fig. 13), le savant italien a  fait reproduire la plupart des objets de la Tombe d’Isis présentés dans la villa de Musignano, appartenant alors à la Princesse de Canino tel qu’il est précisé dans le commentaire des planches (Monumenti inediti, p. 37 à 71). Comme Georges Dennis le rappelle dans The cities and cemeteries of Etruria (1848), Giuseppe Micali considérait que les objets découverts dans la Tombe d’Isis étaient les plus anciens monuments de l’art “primitif” étrusque, avant l’introduction de l’art grec. Micali décrit précisément les alabastres et leur matériau (de l'”albâtre local à grain saccharoïde”) et donne son avis sur leur utilisation et l’interprétation des figures féminines représentées. Micali pense notamment que l’artisan local ne souhaitait pas représenter “à la manière des anciens égyptiens” une divinité, comme Isis (en citant Plutarque, De Iside) ou Nephtys, mais plutôt qu’il fallait comprendre ces objets, utilisés pour contenir des aromates et des onguents, dans le cadre des pratiques funéraires étrusques. Il convient de remarquer que ces réflexions font preuve d’une démarche d’ordre archéologique toute contemporaine, privilégiant une approche contextuelle de la réception des images étrangères.

Pour l’un des alabastres en albâtre, l’archéologue italien interprète avec prudence l’élément tenu, un oiseau à tête retournée, comme une fleur ou un fruit. Cette hésitation se retrouve dans le dessin des planches où l’animal est schématisé en une forme ronde indistincte . La comparaison des trois images, celle de l’objet réel, du dessin de Carocci et du dessin de Muret (figs. 17 et 18), nous permet d’affirmer sans aucun doute que Muret redessine d’après les planches de Micali sans avoir vu les objets de la tombe, en complétant parfois les dessins de l’archéologue italien. La comparaison des trois illustrations de l’astre ailé de l’alabastre central et le modelé des visages des figures confirment aussi cette observation (fig. 19). Plus encore, le vase plastique en terre cuite, que Micali interprète paradoxalement comme une Isis assise, est représenté de la même manière dans les planches des Monumenti inediti et dans celles des Monuments antiques dessinés de Muret, Micali ayant cependant pris le soin de faire coloriser de jaune les parties dorées de l’objet (fig. 20).

Fig. 17 – Comparaison Realia/Micali/Muret

 

Fig. 18 – Comparaison Realia/Micali/Muret

 

Fig. 19 – Comparaison Realia/Micali/Muret

 

Fig. 20 – Vase plastique : comparaison Muret/Micali

 

Ainsi, bien des pistes de recherche doivent être encore explorées par l’étude précise des dessins et des références du recueil de la Bibliothèque nationale de France. Si la plupart des dessins des Monuments antiques dessinés ont été exécutés de visu (comme pour la majorité des objets du Cabinet des Médailles), d’autres sont des copies de publications connues de l’époque. Malgré les distorsions et les altérations des données archéologiques parfois engendrées, ces dessins recopiés n’en sont pas moins le témoignage exemplaire de la volonté quasi encyclopédique de Jean-Baptiste Muret dans la conception de son recueil iconographique d’antiquités.

 

Quelques références pour aller plus loin:

  • Amandry 1943 / P. Amandry, “Statuette d’ivoire d’un dompteur de lion: découverte a Delphes”, in Syria T. 24, Fasc. 3/4 (1944 – 1945), pp. 149-174
  • Bubenheimer-Erhart 2010 / F. Bubenheimer-Erhart, Die « ägyptische Grotte » von Vulci : zum Beginn der Archäologie als wissentschaftliche Disziplin, Wiesbaden, 2010 (Palilia, 22).
  • Bubenheimer-Erhart 2012 / F. Bubenheimer-Erhart, Das Isisgrab von Vulci, Eine Fundgruppe der Orientalisierenden Periode Etruriens, Vienne, 2012
  • Cappucini 2014 / L. Cappucini, “Aspetti economici e produttivi di Vetulonia arcaica: La ‘via dei metalli’ e gli alabastra fusiformi di bucchero e impasto,” in Studi Etruschi 76 (2014)n pp. 71–75, and figs. 3, 7, 8.
  • De Puma 2013 / R. D. de Puma, Etruscan Art in the Metropolitan Museum of Art, New Haven and London: The Metropolitan Museum of Art, 2013, no. 4.25, pp. 12, 66–67
  • Haynes 1963 / S. Haynes, “An Etruscan Alabastron,” in Antike Kunst 6, vol. 1 (1963), pp. 3–5.
  • Haynes 1977 / S. Haynes, “‘The ‘Isis-Tomb’: do its contents form a consistent group?’”, in La civiltà di Vulci e la sua espansione: atti del X convegno di studietruschi ed italici, ed. A. Neppi Modona, L.S. Olshki, Florence, 1977, pp. 17–29 and tables VI–XI.
  • Hermary 1987 / A. Hermary, “La Nécropole d’Amathonte, tombes 113–367”, in Études Chypriotes IX (Nicosia: Leventis, 1987), p. 56
  • Hölbl 1979 / G. Hölbl, Beziehungen der ägyptischen Kultur zu Altitalien (EPRO 62), 2 vols., Leiden, 1979
  • Keder, Bricault & Schneider 2018 / , , A Stone Alabastron in the J. Paul Getty Museum and Its Mediterranean Context”, in Getty Research Journal, vol. 10 (2018), pp. 1-16
  • Muscarella 2016 / O. W. Muscarella, “An Ivory Statuette from Delphi—Not from King Midas’s Throne,” in Source: Notes in the History of Art 35, no. 1/2 (Fall 2015/Winter 2016), pp. 182-193
  • Prayon 1987 / F. Prayon, Phrygische Plastik. Die früheisenzeitliche Bildkunst Zentral-Anatoliens und ihre Beziehungen zu Griechenland und zum Alten Orient, Tübingen, 1987
  • Riis 1956 / Riis, “Sculptured Alabastra,” in Acta Archaeologica 27 (1956), pp. 23–33
  • Roosevelt 2008 / C. H. Roosevelt, “Stone Alabastra in Western Anatolia,” in New Approaches to Old Stones:Recent Studies of Ground Stone Artifacts, ed. Yorke M. Rowan and Jennie R. Ebeling (London: Routledge, 2008), pp. 285-297

 

Christian MAZET

Chargé d’études et de recherche à l’INHA, Doctorant à l’EPHE / PSL University

 


Christian Mazet

Chargé d'études et de recherche à l'Institut national d'histoire de l'art, domaine Histoire de l'art antique et de l'archéologie. Doctorant à l'École pratique des hautes études / PSL University - UMR 8546 AOROC.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.