De Mâcon à Liverpool en passant par Paris et Prešov : itinéraire d’un ivoire dessiné par Jean-Baptiste Muret

Au dos de ses planches, Jean-Baptiste Muret a parfois légendé les antiques qu’il dessinait, donnant notamment leur lieu de conservation. Pour un peu plus de 10 % des quelque 8 000 objets qu’il a représentés, il mentionne des collections particulières, citant environ 160 noms de collectionneurs différents. Quatre d’entre eux ont possédé l’ivoire présenté ici.

Du dessin à l’objet

Fig. 2. Muret XI, pl. 27-11.

Fig. 1. Muret XI, pl. 27.

La planche 27 du recueil 11 (fig. 1) est consacrée au thème des gladiateurs, avec essentiellement des fragments de céramique sigillée mais également un « ivoire, fragment de dyptique (sic) tiré du cabinet de Mr de Roujoux fils à Macon », qui « représente un bestiaire combattant un daim » (fig. 2). Ce « Mr de Roujoux fils » se nomme Prudence-Guillaume de Roujoux, et est le fils de l’homme politique et baron d’Empire Louis-Julien de Roujoux (1753-1829)1. Ce dernier, alors qu’il était préfet de Saône-et-Loire (de 1802 à 1815), s’est rendu propriétaire du château de la Tour de l’Ange près de Mâcon2, qui appartient encore aujourd’hui à la famille. Né à Landerneau en 1779, son fils Prudence Guillaume de Roujoux a conjugué des travaux littéraires et historiques avec une carrière de préfet régulièrement interrompue par les changements de régimes politiques3. Il est décédé à Paris en 1836. C’est de lui que le Cabinet des médailles a acquis en 1805 l’un de ses ivoires les plus célèbres, l’« ivoire Romanos », figurant le Christ bénissant l’empereur Romanos et sa femme Eudoxie4.

Fig. 3. Planche XXIV de l’Atlas du Voyage dans les départemens du Midi de la France d’Aubin-Louis Millin (1807-1811).

La numérisation et l’océrisation des ouvrages ont joué un rôle essentiel dans l’identification de l’objet dessiné par Jean-Baptiste Muret. Elles ont permis de retrouver la mention du cabinet d’antiquités de Prudence Guillaume de Roujoux dans le Voyage dans les départemens du Midi de la France publié entre 1807 et 1811 par Aubin-Louis Millin, conservateur du Cabinet des médailles. Il y raconte son séjour à Mâcon, où il a été accueilli par le préfet M. de Roujoux et où il a pu rencontrer Prudence Guillaume, qui lui a montré « son petit médaillier, et quelques monumens curieux qu’il a rassemblés »5. Une partie des objets évoqués ensuite est reproduite sur la planche XXIV de l’Atlas accompagnant la publication, dont « une portion d’un beau diptyque » sur laquelle on reconnaît la scène dessinée par Muret (fig. 3). D’autres dessins de ses albums, notamment de céramiques, illustrent cette pratique consistant à isoler sur un objet une iconographie particulière pour réaliser des planches thématiques.

La gravure de l’Atlas de Millin, en montrant l’ivoire dans son entier, a été décisive pour le localiser. Dans le cas des objets signalés par Muret comme appartenant à des cabinets de collectionneurs, deux manières complémentaires de procéder s’offrent au chercheur pour en retrouver la trace. La première consiste à rassembler le plus d’éléments possible concernant la collection et son propriétaire, de manière à identifier le devenir de l’objet recherché – don, legs, vente – et continuer ainsi, de proche en proche, jusqu’à son lieu de conservation actuel. Naturellement, plus l’objet a changé de mains, plus il est difficile de le suivre, et les cas idéaux sont les cessions directes à des collections publiques. Pour les objets qui se ressemblent, dont la forme et le décor ne permettent pas de les différencier, il s’agit toutefois de la méthode la plus sûre. En revanche, pour les objets présentant une iconographie et une morphologie particulières , ou relevant de corpus bien étudiés, il est souvent plus efficace de partir de publications ou de bases de données récentes, voire même d’une simple requête sur un moteur de recherche. En l’occurrence, c’est par une recherche sur Google Images que l’ivoire publié par Millin a pu être retrouvé dans les collections du World Museum de Liverpool, où il est conservé depuis 18676 (fig. 4).

Fig. 4. Feuillet d’un diptyque : trois personnages de rang sénatorial assistant à une venatio, début du Ve siècle, Empire romain d’Occident (Rome ?), ivoire, h. 29,4 cm, l. 12 cm, ép. 6 mm, Liverpool, World Museum.

Cet ivoire est à rapprocher des diptyques consulaires, même s’il ne s’agit pas d’un diptyque de ce type à proprement parler. Ces objets précieux sont constitués de deux feuillets en ivoire reliés par un système de charnière sur le côté long. La face externe des feuillets est sculptée, tandis que celle interne est simplement creusée pour y placer une fine couche de cire où l’on pouvait écrire à l’aide d’un stylet. Ces diptyques étaient offerts dans l’Empire romain d’Orient et dans celui d’Occident par les consuls après leur élection à ceux qui les avaient soutenus, en remerciement. Sur les faces ornées, un espace rectangulaire en partie supérieure, la tabula inscriptionis, accueille généralement le nom du consul et, en-dessous, les exemplaires les plus riches montrent le consul lui-même, souvent en train de présider à des jeux. Dans le cas de l’ivoire qui nous intéresse, dont seul un feuillet est conservé, il n’y a pas un consul se démarquant des autres personnages par sa taille ou par ses attributs mais trois personnages égaux, de rang sénatorial. Ils surplombent une arène avec une scène dite de venatio (relative à la chasse), incluant quatre personnages. Trois sont des valets et gardent les portes de l’arène, le quatrième est un chasseur. Un cerf gît en partie supérieure ; un autre est représenté trois fois, chargeant le valet à gauche du panneau, touché par l’épieu du chasseur et finalement expirant en-dessous ; enfin un dernier s’échappe par la porte non surveillée en bas à droite. Ce feuillet est daté du début du Ve siècle et est une production de l’Empire romain d’Occident7.

Un parcours mouvementé

Le site du World Museum de Liverpool donne les noms des propriétaires successifs de l’ivoire : Prudence-Guillaume de Roujoux, Dominique Vivant Denon, Vivant Dominique Brunet Denon, Gabor Fejérváry, Ferenc Pulszky et enfin Joseph Mayer.

Une première remarque peut être faite : si l’ivoire a fait partie de la collection du directeur des musées royaux Dominique Vivant Denon, décédé en 1825, c’est donc qu’il n’appartenait déjà plus à Prudence-Guillaume de Roujoux lorsque Muret en a tiré son dessin, puisque ce dernier n’est entré au Cabinet des médailles en tant que dessinateur qu’en 1830. Comment expliquer alors la légende de Muret ? Il est très possible qu’il n’ait pas eu l’objet entre les mains mais une reproduction, dans un ouvrage mentionnant cet ivoire comme provenant de la collection de Roujoux. La copie par Muret de gravures pour la réalisation de ses dessins est fréquente et ne doit donc pas étonner. Dans le cas de ce feuillet de diptyque, la publication du conservateur du Cabinet des médailles Aubin-Louis Millin aurait pu faire une candidate séduisante, mais un examen rapide de la gravure invite à écarter cette hypothèse : le dessin de Muret est plus proche de l’original dans les formes comme dans le niveau de détail, reproduisant fidèlement au moyen de points les petites dépressions ménagées sur la surface de l’ivoire pour donner au pelage sa texture (fig. 5).

Fig. 5. Gravure de l’ouvrage de Millin, ivoire original et dessin de Muret.

On ignore à quelle date le feuillet est passé entre les mains du baron Denon8. À sa mort, sa collection revient à son neveu Vivant Dominique Brunet Denon. Celui-ci est le deuxième des propriétaires successifs de l’ivoire à être mentionné dans les albums Muret : neuf objets représentés par le dessinateur lui sont attribués. L’ivoire figure au numéro 368 du catalogue de la vente Brunet-Denon, qui fait suite à son décès en 1845. Il y est décrit en ces termes : « Ivoire sculpté. – Grande plaque carré long en hauteur provenant d’un diptyque consulaire du septième siècle ; le bas-relief représente les jeux du Cirque, en présence de trois consuls romains, vus à mi-corps. H. 29c., larg. 12c. »9.

Un exemplaire annoté de ce catalogue permet de connaître l’identité de l’acquéreur de l’ivoire : le marchand Rollin, pour la somme de 1000 francs. Le nom de Rollin apparaît également dans les légendes des dessins de Muret, le plus souvent sans que l’on puisse déterminer s’il renvoie à Charles Louis Rollin (1777-1853) ou à son fils Claude Camille (1813-1883). Pas moins de 88 objets sont ainsi désignés dans les albums comme provenant de la collection de ces marchands.

Fig. 6. En haut : Muret VII, pl. 111-15. En bas : détail de la fig. 7.

Fig. 7. Planche LI du cinquième tome des Monumenti inediti (1853).

Le feuillet de diptyque est ensuite racheté par le collectionneur hongrois Gabor Fejérváry (1781-1851), à moins que celui-ci n’ait chargé dès le départ Rollin de faire cet achat pour son compte. Fejérváry est le quatrième et dernier nom de propriétaire du diptyque à apparaître dans les légendes des dessins de Muret. Le dixième album renferme en effet le dessin d’une « Junon martiale, assise […] bronze de la collection Fejervari (sic)» et le septième un « gland tiré de la collection Fejerwariana », en fait une balle de fronde (fig. 6). Pour ce dernier objet, la version singulière du nom est reprise d’une publication dont Muret tire clairement son dessin, le tome V des Monumenti inediti publiés par l’Institut de Correspondance archéologique en 1853. La planche LI de cet ouvrage est en effet légendée « Monumenti della collezione Fejerwariana » (fig. 7). Il est amusant de noter que juste à côté de la balle de fronde copiée par Muret se trouve représenté sur cette planche le feuillet de diptyque provenant de la collection de Roujoux.

En 1851, Gabor Fejérváry meurt dans sa ville de Prešov en Hongrie10. Il lègue le feuillet en ivoire avec toute sa collection à son neveu, Ferenc Pulszky (1814-1897), alors en exil à Londres après avoir pris part à la révolution hongroise de 1848. Pulszky expose cet héritage dans les salles du Royal Archaeological Institute en 1853. L’initiative rencontre un franc succès et, dans l’Atheneum du 23 juillet 1853, J. O. Westwood affirme que la collection d’ivoires sculptés en particulier n’est surpassée que par celle de la Bibliothèque nationale à Paris.

En 1855, Pulszky décide de vendre ces ivoires et les propose aux trustees du British Museum qui les refusent, possiblement par manque de moyens. C’est finalement un bijoutier et collectionneur de Liverpool, Joseph Mayer (1803-1886), qui les acquiert quelques mois plus tard. Il en fait don en 1867 avec toute une série de manuscrits médiévaux, d’émaux et d’autres ivoires au musée de Liverpool, où le feuillet de diptyque partiellement dessiné par Muret est encore conservé aujourd’hui.

 

  1. ROBERT Adolphe, BOURLOTON Edgard, COUGNY Gaston. Dictionnaire des parlementaires français… depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1899, t. V. Paris, Bourloton, 1891, p. 204. []
  2. Site officiel de la commune de Charnay-lès-Mâcon. []
  3. « Chronique ». Journal de l’Institut historique, t. 5, 1836-1837, p. 134-135. []
  4. MARION DU MERSAN Théophile. Histoire du Cabinet des médailles, antiques et pierres gravées. Paris, Delanchy, 1838, p.20. Il porte le numéro d’inventaire inv.55.300. []
  5. MILLIN Aubin-Louis. Voyage dans les départemens du Midi de la France, t. 1. Paris, Imprimerie impériale, 1807-1811, p. 399 []
  6. Il y porte le numéro d’inventaire M 10042. []
  7. GIBSON Margaret. The Liverpool Ivories. Late antique and medieval ivory and bone carving in Liverpool Museum and the Walker Art Gallery. Londres, HMSO, 1994, p. 16-18. []
  8. Il est publié avec d’autres objets de sa collection dans le catalogue de l’exposition dédiée au baron Denon : Dominique Vivant Denon. L’œil de Napoléon [exposition, Paris, musée du Louvre, 20 octobre 1999-17 janvier 2000] ; sous la dir. de Marie-Anne Dupuy. Paris, Réunion des musées nationaux, 1999, n° 478. []
  9. Catalogue d’une belle collection d’objets d’art et de haute curiosité… composant le cabinet de feu M. le baron Brunet-Denon. Paris, Maulde et Renon, 1846, p. 37. La vente a eu lieu le 2 février 1846 et les jours suivants. []
  10. Pour le reste de l’historique, nous nous référons à GIBSON Margaret, op. cit, p. XVIII-XXVI. []

Mathilde Vauquelin

Stagiaire à l'Institut national d'histoire de l'art, domaine Histoire de l'art antique et de l'archéologie. Étudiante en master II à l'École du Louvre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.