Les torques, de Muret à nos jours (XIXè – XXIè siècles)

C’est la rentrée !

                   L’occasion pour nous de réactiver le carnet de recherches sur lequel nous faisons régulièrement entrevoir les coulisses de notre travail. Pendant l’été, nous avons avancé sur la publication en ligne du volume II des Recueils des monuments antiques dessinés par Jean-Baptiste Muret, composé en très grande partie de bijoux (820) mais aussi de quelques autres types d’artefacts (340) (https://antiquitebnf.hypotheses.org/2641) (fig. 1). La datation des bijoux s’étend de la Protohistoire à l’époque médiévale. La plupart se rapporte néanmoins à l’Antiquité grecque et romaine. Une première étape a consisté à passer en revue l’ensemble des objets représentés dans ce recueil et à tenter de les identifier et de les localiser dans la documentation disponible. Ceux pour lesquels aucune information n’a été retrouvée ont simplement été décrits. Le cas échéant, les caractéristiques morphostylistiques ont permis de nous essayer à une périodisation ; cela bien sûr n’a été rendu possible que par le recours à des parallèles proches en forme et en décors.

Fig.1 : les types d’objets dans le recueil II.

Nous proposons aux amateurs de parures et autres curieux de l’archéologie de nous aider à identifier et à localiser une catégorie spéciale d’objets : les torques. Ces colliers rigides, utilisés de l’âge du Bronze au Moyen Âge se retrouvent en contexte d’habitat, le plus souvent à l’intérieur des sépultures où ils accompagnaient les défunts vers l’au-delà (fig. 2). En bronze ou en or, ils pouvaient parfois être recouverts de textiles en peaux et en végétaux dont nous n’avons qu’une connaissance indirecte en raison de la dégradation de ces matériaux organiques au fil du temps  (https://www.universalis.fr/encyclopedie/artisanat-du-bronze/). En suivant la démarche présentée ci-dessous, le lecteur averti aura peut-être le loisir de retrouver dans les livres ou en musées ces objets des temps anciens.

 

En haut à gauche : https://www.inrap.fr/conference-la-tombe-princiere-de-lavau-bilan-des-recherches-en-cours-troyes-10961

En haut à droite : https://www.imÂges-archeologie.fr/Accueil/Recherche/p-3-lg0-notice-IMÂGE-Femme-celte-portant-un-torque-entre-450-et-350-avant-notre-ere-Vasseny-Aisne-2002.-Le-torque-est-un-collier-rigide-de-la-panoplie-des-tombes-femi_d70dc71bf9f8b8f285c840fe1ba1a539-51509006.htm?&notice_id=6131

En bas à gauche : https://www.inrap.fr/les-robogniers-1-3771

Fig.2 : Différents torques retrouvés en place au moment de la fouille. De haut en bas et de gauche à droite : torque en or dans une sépulture de l’âge du Fer ; torque en bronze dans une sépulture de l’âge du Fer ; torque en bronze dans une zone d’incinération de l’âge du Fer.

 

I – Historique de la recherche sur les torques

         Recherchés dans les fouilles anciennes en raison du « prestige » de leur matériau (Cf. les qualificatifs employés dans leur description : Revue archéologique, 1844, p.123), les torques sont bien documentés dans les dessins de Jean-Baptiste Muret. Ils y apparaissent en or, en bronze et en argent, sur les planches 84 et 85 puis 90 à 101. Au dos, une description sommaire les accompagne. On les voit qualifiés de colliers en tel ou tel matériau avec, lorsqu’elles sont connues du dessinateur, une provenance et une datation. Les dessins, comme toujours, sont de belle facture : on reconnaît la précision du dessinateur, attaché à représenter jusqu’au moindre détail aussi bien les décors que les imperfections (fig. 3).

 

Fig.3 : deux torques en bronze conservés au Cabinet des médailles. Celui de gauche a été dessiné (BnF, inv.52bis.7274) avec ses altérations. Sur celui de droite (Bnf, Bronze.1565) on peut apprécier le détail des tampons festonnés et du corps torsadé.

 

               En Champagne, les premières publications de torques apparaissent dans les années 1860-1900, lorsque des fouilles méthodiques sont motivées par l’installation d’un camp militaire à La Cheppe, en 1857 (Ayache L. & Gautier G., 2017). À la fin du XIXè et au début du XXè siècles, ces artefacts commencent à être décrits dans un langage scientifique (Favret, 1927). La publication de certains dépôts, en particulier dans des revues locales, aide à préciser leur datation, ce qui donne lieu à l’établissement de plusieurs classifications stylistiques. Archéologues et amateurs s’aperçoivent alors que les torques constituent des marqueurs chronologiques et culturels efficaces pour contribuer à dater les occupations et à mettre en évidence des régionalismes. De premières typologies sont proposées, comme celle de Joseph Déchelette (1914) pour la période de La Tène I (fig. 4). Ce travail trouve une résonnance importante car il permet d’affiner les contours de la transition entre le Premier et le Second âge du Fer, tout en validant la périodisation proposée par Hilderbrand en 1874 après quarante ans de polémique.

                                                                                    Fig.4 : Les torques de La Tène I à l’Est du bassin parisien

 

                Bien que cette logique de classification ait été poursuivie durant le XXè siècle (Bretz-Mahler, 1959, p.496 ; Brillard, Veillard, 1970, p.89), à l’heure actuelle, les archéologues sont plus réticents à faire valoir le rôle de fossile-directeurs chronologiques et régionaux pour les torques (Gachina, Lavallée, 1876, p.95). En France, pour ne citer que cet exemple, cela est dû à la multiplication des fouilles préventives  qui ont mis en évidence de nouveaux contextes où certains types morphologiques se retrouvent à plusieurs reprises dans le temps et dans l’espace. De plus, les torques sont des objets dotés d’une forte charge symbolique et l’on s’aperçoit qu’ils pouvaient accompagner les personnes dans leurs déplacements (Ayache L. & Gautier G., 2017). C’est du moins ce que nous apprend la fouille exceptionnelle de la tombe du prince de Lavau, opérée en 2014. Dans cette tombe à char du Vè siècle av. J.-C., le défunt revêt un torque en or et d’autres parures (https://www.inrap.fr/decouverte-d-une-nouvelle-tombe-princiere-du-ve-siecle-avant-notre-ere-5394). La fouille confirme l’existence d’une élite sociale marquée au moment de la transition entre les périodes hallstattienne et laténienne (Brun, 1987). Les torques, d’imitations en déplacements, apparaissent donc moins fiables pour la chronologie qu’ils ne pouvaient l’être à la fin du XIXè siècle. Ce sont précisément les enjeux de l’identification et de la datation que nous souhaitons présenter dans une seconde partie.

 

II – Les torques retrouvés dans les collections muséales

          La partie qui suit a deux objectifs. D’une part, elle vise à présenter le travail effectué ainsi que les torques dont le lieu de conservation est désormais connu. Ceci permettra aux lecteurs qui le voudraient de nous aider à identifier les objets qui ne disposent pas encore de localisation. D’autre part, elle a pour but d’illustrer la démarche méthodologique adoptée dans notre travail pour retrouver des objets dont l’identification s’effectue en premier lieu dans la documentation bibliographique et webographique, en second lieu, par le biais des inventaires de musées, enfin, directement dans les réserves lorsque cela est possible. C’est dans l’ordre inverse, néanmoins, que nous présenterons le travail effectué car la somme des informations collectées est proportionnelle au temps passé à l’étude de chaque collection.

A – Bibliothèque nationale de France : identification dans les réserves

         C’est dans les réserves de la BnF que la plupart des torques dessinés par J.-B. Muret ont été retrouvés (fig.5). Ce travail d’identification n’aurait pas été possible sans l’aimable collaboration de Mathilde Avisseau-Broustet (Conservateur en chef au département des Monnaies, médailles et antiques) et de Louise Détrez (Conservateur responsable des collections de céramiques, terres cuites et verres au département des Monnaies, médailles et antiques) qui nous ont permis d’accéder au catalogue interne ainsi qu’aux collections de parures en bronze et en or.

 

 

 

Torques conservés à la BnF

Fig.5 : les torques dessinés par Muret dans les réserves de la BnF

B – Spurlock Museum : identification dans un inventaire de musées

          Le cas du Spurlock Museum illustre parfaitement le type de travail qu’il est possible de réaliser par le biais de l’examen des inventaires muséaux. Ce musée, en outre, a publié en ligne ses collections, ce qui a grandement facilité notre recherche. Un torque en bronze à arceaux sur trois côtés fait de deux segments mobiles et dessiné par Muret a pu y être reconnu (fig.6).

 

Torque conservé au Spurlock Museum

Fig.6 : Un torque dessiné par Muret au Spurlock Museum (https://www.spurlock.illinois.edu/collections/search-collection/details.php?a=1924.02.0521)

C – Autres musées : la recherche webographique

a –  Musée régional d’Archéologie et du Vin de Champagne d’Epernay

          Depuis deux ans, une exposition itinérante sur les torques celtes provenant des collections du musée régional d’Archéologie et du Vin de Champagne d’Epernay est présentée dans différents musées. D’abord hébergée par le musée de Bibracte, cette exposition a ensuite été présentée au musée de Sens et sera prochainement envoyée à Lattes. Intitulée Torques et compagnie, elle présente les documents de fouilles anciennes et les parures retrouvées – au premier plan desquels figurent les torques – pour reconstituer l’histoire de l’archéologie celtique et évoquer le caractère symbolique des parures à l’âge du Fer. L’examen attentif des dessins a permis de suggérer une correspondance typologique[1] entre le torque n°3 de la planche 95 et l’un des torques à tampons circulaires d’Epernay (fig.7). Le dessin de Muret figure un objet découvert à Fère-Champenoise mais le lieu d’origine ne semble pas jouer un rôle majeur, compte-tenu de la trajectoire de certains objets qui se déplacent au gré du marché de l’art pour aboutir parfois sur d’autres continents.       

Torque conservé à Epernay

Fig.7 : un torque dessiné par Muret au Musée d’Epernay (Ayache & Gautier, 2017)

b – Musée d’Orléans

         Le torque à arceaux sur trois côtés, retrouvé dans la commune de Laneuville, figuré n°1 sur la planche 94, se situe comme c’était déjà le cas au XIXè siècle au Musée d’Orléans (fig.8).

Torque conservé à Orléans

Fig.8 : Torque dessiné par Muret retrouvé au Musée d’histoire et d’archéologie d’Orléans (photographie indisponible).

C – Musée du sel de Marsal

         Un torque a également été retrouvé par le biais d’une recherche sur internet dans les vitrines du Musée du sel de Marsal (collection Dupré). Il s’agit de l’exemplaire figuré en troisième position sur la planche 94 (fig.9).  

Torque conservé à Marsal

Fig.9 : Torque dessiné par Muret et retrouvé au Musée du sel de Marsal (photographie indisponible).

III – À vous de jouer !

         Eh bien voilà, si la lecture de ce billet ne vous a pas paru trop fastidieuse c’est peut-être que le monde des torques est fait pour vous. Nous proposons ci-dessous la liste de ceux qui n’ont pas encore pu être localisés ni identifiés. Si, en suivant la démarche présentée en deuxième partie, vous souhaitez nous soumettre des propositions de lieux de conservation, ou simplement de parallèles pouvant aider à leur datation, c’est tout-à-fait possible !

Vous pouvez pour cela nous contacter à l’adresse suivante : bastien.rueff@inha.fr

Vous pouvez aussi nous écrire directement sur le site hypothèse de notre carnet de recherches.

Merci d’avance pour vos contributions et… à vous de jouer ! : Torques non retrouvés pour l’instant

 

[1] Nous tenons à remercier Fabien Leclerc, documentaliste du Musée d’archéologie et du Vin de Champagne d’Epernay pour les informations qu’il nous a transmises à propos des torques susceptibles de se retrouver dans les collections de ce musée.

 

BIBLIOGRAPHIE

BNSEP 1904 : Bulletin de la Société normande d’Etudes préhistoriques, 1903, t.XI, Louviers, Impr. Eug. Izambert, 1904

Abbé Favret, « Les torques ternaires de La Tène I en Champagne », Revue archéologique de l’Est, I, 1950

Ayache L., Gautier G., Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du Musée d’Epernay, cat. exp., 2017

Babelon E., Blanchet J.-A., Catalogue des Bronzes antiques de la Bibliothèque Nationale, Paris, E. Leroux, 1895

Barge H, « Le dépôt de bronzes de Moriez (Alpes-de-Haute-Provence) », Documents d’Archéologie Méridionale, 27, 2004, 141-170.

Bretz-Mahler Denise, « Les torques ornitomorphes de La Tène I », Bulletin de la Société préhistorique de France, t.56, n°7-8, 1959, pp.493-499

Briard J., Veillard J.-Y., « Un nouveau type de torque en or découvert près de Quimper (Finistère) », Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, tome 67, n°3, 1970, pp. 89-92

Brun P., Princes et princesses de la Celtique : le Premier âge du Fer en Europe, 850-450 av. J.-C., Paris, Errance, 1987

Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, 7 vol., Paris, Desaint & Saillant, 1752-1767

Chabouillet Anatole, Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale, Paris, J. Claye, Rollin, 1858

Costa de Beauregard Olivier « Le torque en or de Saint-Leu-d’Esserent (Oise) », Congrès Archéologique de France, Beauvais, 1906, pp. 285-303

« Découvertes et nouvelles », Revue archéologique, 1ère année, n°1, 15 avril-15 septembre 1844, p.117-139

Dechelette J., Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine, 4. Archéologie celtique et protohistorique, 3è partie. Second âge du Fer ou époque de La Tène, Paris, A. Picard, 1913

Fontenay Eugène, Les Bijoux anciens et modernes, Paris, Quantin, 1887

Gachina P., Lavallée P., « Le torque en or découvert à Cressé (Charente-Maritime) », Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, tome 73, n°3, 1976, pp. 91-96

Marsille Louis, « Le dépôt d’objets d’or du Collédoc (Côtes-du-Nord) », Bulletin de la Société Préhistorique française, t.31, n°5, 1934, p.251-255

Nouel André, « Les découvertes des Âges du Bronze et du Fer dans le département du Loiret », Bulletin de la Société préhistorique française, t.54, n°5-6, 1957, p.307-319

Py Michel, Dictionnaire des objets protohistoriques de Gaule méditerranéenne (IXe – Ier siècles avant notre ère), Lattara, Lattes, 2016

Taffanel L., Taffanel O., Le premier âge du fer languedocien : II- Les Nécropoles à incinération, Bordighera-Montpellier, Institut d’études ligures, 1958

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.