Une source pour le Digital Muret : le catalogue des lampes antiques de la Bibliothèque nationale de Marie-Christine Hellmann

C’est avec une profonde tristesse que le domaine Histoire de l’art antique et de l’archéologie a appris le décès de Marie-Christine Hellmann, le 29 décembre 2017. Pour lui rendre hommage, nous avons souhaité rédiger un billet à propos de ce qui fut l’un des accomplissements majeurs de son travail pendant quelques années comme chargée d’études au Cabinet des médailles, à savoir la publication des Lampes antiques de la Bibliothèque nationale. Cet ouvrage, en trois volumes (1985, 1987, 1996), constitue en effet une source incontournable pour contribuer à identifier et à localiser le corpus de 413 lampes du programme Digital Muret sur lequel nous travaillons.

Les deux premiers volumes sont consacrés aux lampes pré-romaines et romaines. On y trouve mélangées des lampes produites dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Le volume I présente les 75 exemplaires de la collection Froehner, entrée en 1925. Il s’agit de lampes en terre cuite moulées et en bronze[1], fabriquées entre le IIè siècle av. J.-C. et le VIIè siècle ap. J.-C. L’unité de cet assemblage réside dans le fait que toutes les pièces qui le constituent sont marquées par des inscriptions (signatures, noms de personnages, exhortations, commémorations, éléments religieux).

C’est le respect de l’intégrité de la collection Froehner qui a poussé l’auteure à en publier séparément les lampes. Le volume II présente le fonds général, constitué dans le courant des XVIIIe et XIXè siècle au gré de nombreux dons et acquisitions. Malgré la prédominance numérique des lampes romaines du Haut-Empire, cet ensemble compte des exemplaires puniques, grecs, hellénistiques ainsi que des lampes romaines de l’époque républicaine[2]. L’ensemble, composé exclusivement d’objets en argile, forme un groupe de 423 individus. Les lampes puniques et les lampes tardives fournissent des bornes chronologiques larges : les exemplaires les plus anciens sont datés du VIIè siècle av. J.-C. et les plus récents du IVè siècle ap. J.-C.

Le volume III, publié conjointement avec Catherine Trost, donne à voir les lampes chrétiennes d’Afrique du Nord, d’Égypte, de la côte syro-palestinienne et anatolienne, enfin, les lampes coptes et les lampes arabes. Il s’agit à la fois d’acquisitions anciennes (XVIIIè et XIXè siècles) et plus récentes (XXè siècle). Au total, ce sont 221 exemplaires en argile qui sont présentés et répartis dans une fourchette allant du IIè siècle au VIIè siècle ap. J.-C. Un important répertoire iconographique est dressé et présenté dans les planches sous forme de relevés graphiques.

Ce travail, loin de se limiter à un simple inventaire, poursuit les objectifs de la lychnologie[3] tels qu’ils ont été formalisés durant les colloques de Lyon (1981) et de Nyon (2003). Il ne s’agit plus, comme c’était le cas au XIXè siècle, de sélectionner les « belles » pièces – c’est-à-dire les exemplaires complets et décorés – mais de réfléchir en termes de typologie et de technologie à partir de corpus exhaustifs. Souvent négligé durant le XXè siècle, ce second aspect se limite encore à rechercher des lieux de fabrication à partir des éléments de formes, de décors, et surtout des inscriptions. Une telle entreprise se révèle pourtant plus difficile qu’il n’y paraît puisqu’il faut tenir compte, d’une part des surmoulages effectués dans des régions différentes du lieu de production d’origine, parfois de très bonne facture (Provoost 1976 : 18), d’autre part de l’hétérogénéité des productions d’un même atelier. Colette Bémont et Christian Lahanier (1984 : 55) ont bien montré, à partir de l’analyse chimique des pâtes réalisée sur des lampes impériales d’apparences différentes, les unes signées, les autres anépigraphes, qu’elles provenaient d’un même atelier, celui de L. Hosidius. Selon eux, « ce premier essai incite donc à s’interroger, au-delà de l’unité morphologique de répertoires liés à une signature, sur les modes de production d’un potier et sur les raisons des variations qualitatives de ses lampes : relative indifférence à la constance des matériaux, ou changement de gisement associé, éventuellement, à une différence chronologique… ? » (id. : 55).

En ce qui concerne les typologies de lampes, leur histoire est ancienne. Jusqu’à récemment, elles ont privilégié les corpus gréco-romains. La typologie de Dressel (1880) a fait figure de pionnière, mais, avec ses 31 types et ses innombrables sous-types, elle s’est révélée peu adaptée à une étude comparative (Ponsich 1961). La typologie de Loeschcke (1919), encore abondamment citée, semble avoir donné naissance à une méthode scientifique adaptée à l’étude des lampes (Hellmann 1987 : XV). Avant et après elle, plusieurs typologies ont vu le jour et certaines continuent à servir de référence (notamment Broneer 1930 ; Doumergue, Demaëght 1939 ; Koutoussaki 2008 ; Lamboglia, Beltran 1952 ; Lerat 1954 ; Perlzweig 1962). Les lampes du répertoire « nommé improprement paléochrétien ou africain » (Bémont, Lahanier 1984 : 51) ont fait l’objet de classifications tardives, en comparaison des corpus préalablement cités. Cette catégorie pose problème puisqu’elle donne l’impression de regrouper des lampes puniques (Bussière 1989 ; Deneauve 1969) et des lampes chrétiennes d’Afrique du Nord (Bourgeois 1980 ; Ennabli 1976 ; Hayes 1972 ; Ponsich 1961).

Bien que non exhaustive[4], la liste des typologies donnée ici reflète la difficulté à établir une classification commune, ce qui est dû à la variabilité des formes et des décors dans chaque site (Bonifay 2005). La question de savoir s’il est possible, à partir d’études régionales, de proposer une synthèse sur les lampes méditerranéennes se pose régulièrement. Pour certains, il faudrait désormais se limiter à la publication des types stratigraphiquement bien datés (Etienne 1987) ; pour d’autres, il faudrait au contraire accepter une documentation lacunaire et continuer, dans l’attente de nouveaux types, à publier des séries numériquement significatives (Bussière 2003). Dans tous les cas, ces diverses approches se rejoignent sur un point : les lampes ne sont pas toujours les fossile directeurs fiables que l’on a prétendu (Bussière, id. ; Bémont, Lahanier, op. cit. ; Lenoir 1985 ; Provoost, op. cit.).

À ce titre, il faut saluer la prudence et la démarche rigoureuse de Marie-Christine Hellmann. En présence d’un corpus hétérogène, tant par la provenance que par la datation des lampes étudiées, cette chercheuse ne cherche pas à créer de nouvelles catégories typologiques. En ce qui concerne les attributions chronologiques et géographiques, elle est parfaitement consciente des biais qui peuvent entrer en compte et reste toujours nuancée dans son propos. Cependant, pour chaque lampe présentée, elle fait montre d’une précision documentaire saisissante, de sorte qu’aucun parallèle ne semble lui avoir échappé. Pour ce faire, elle se fonde à la fois sur les monographies et les rapports de fouille mais aussi sur le catalogue exhaustif du British Museum de Bailey (1975 et 1980) ainsi que sur la synthèse de Hayes (1972). En ce qui concerne les thèmes iconographiques, c’est le travail de Deonna (1927) qui est le plus cité.

En l’état actuel de notre recherche, près de la moitié de l’effectif de lampes dessinées par Jean-Baptiste Muret a été passée en revue (192 sur 413). Au sein de cet échantillon, 112 ont été localisées à la BnF (fig.1). Ce travail de localisation a été permis par la publication exhaustive de Marie-Christine Hellmann. Les notices détaillées pour chaque objet permettent en outre de renseigner très précisément les champs qui intéressent notre étude, à savoir l’historique moderne, le lieu de conservation, le numéro d’inventaire, l’attribution typo-chronologique de l’objet, son origine, sa date de fabrication, enfin, le domaine thématique de l’iconographie qui lui est associée (fig. 2). Au-delà des lampes, un examen direct des objets en verre, des armes et des objets préhistoriques conservés Bibliothèque nationale de France sera réalisé dans les prochaines semaines. Il permettra à la fois d’identifier des objets non publiés et de vérifier de manière systématique les œuvres du Cabinet des médailles absentes du catalogue en ligne de cette institution.

[1] Seulement trois.

[2] Quelques faux sont également publiés.

[3] La science qui étudie comparativement les méthodes d’éclairage anciennes et modernes (Hensen 2009).

[4] Le (trop ?) grand nombre de typologies existantes ne permet en aucun cas de dresser une liste détaillée. On pourra trouver de nombreuses références bibliographiques sur le site web de l’Association Internationale de Lychnologie : www.lychnology.org

Fig. 1 : en-haut : Corpus des lampes du Cabinet des médailles et dessinées par J.-B. Muret. En bas : échantillon de lampes conservées à la Bnf au sein des lampes dessinées par Jean-Baptiste Muret.

Fig. 2 : un exemple de lampe localisée et décrite grâce au catalogue de M.-C. Hellmann.

BIBLIOGRAPHIE :

BAILEY D.M., A catalogue of the lamps in the British Museum. 1, Greek, Hellenistic, and early Roman pottery lamps, Londres, British Museum, 1975

BAILEY D.M., A Catalogue of the Lamps in the British Museum. 2, Roman lamps made in Italy, Londres, British Museum, 1980

BÉMONT C., LAHANIER Chr., « Les lampes en terre cuite : problèmes d’identification », WALTER H. (éd.), Hommages à Lucien Lerat, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p.51-58

BONIFAY M., « Observations sur la typologie des lampes africaines (IIè – Ier siècle) », CHRZANOVSKI L. (dir.), Lychnological Acts 1. Actes du 1er Congrès International d’études sur le luminaire antique (Nyon – Genève, 29.IX – 4.X.2003), Montagnac, éditions Monique Mergoil, 2005, p.31-38

BOURGEOIS A., « Les lampes en céramique de Mactar », Karthago, 19, 1980, p.33-86

BUSSIÈRE J., « Les lampes phénicopuniques d’Algérie », Antiquités africaines, 25, 1989, p.41-68

BUSSIÈRE J., « Réflexions méthodologiques sur l’étude des lampes », CHRZANOVSKI L. (dir.), Lychnological Acts 1. Actes du 1er Congrès International d’études sur le luminaire antique (Nyon – Genève, 29.IX – 4.X.2003), Montagnac, éditions Monique Mergoil, 2005, p.317-319

BRONEER O., Terracotta lamps, Cambridge, Harvard University Press, 1930 DENEAUVE J., Lampes de Carthage, Paris, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1969, 238 pages

DEONNA W., « L’ornementation des lampes romaines », Revue Archéologique, XXVI, 1927, p.233-263

DOUMERGUE Fr., DEMAËGHT L., Catalogue raisonné des objets archéologiques du musée de la ville d’Oran (musée Demaeght): avec une carte de la partie de la Maurétanie césarienne, correspondant à la province d’Oran, 2 vol, Oran, L. Fouque, 1932

DRESSEL H., « La supellettile dell’ antichissima necropoli esquilina », Annali Ist., 52, 1880, p.265-350

ENNABLI A., Lampes chrétiennes de Tunisie (musée du Bardo et de Carthage), Paris, CNRS, 1976

ETIENNE R., « De Lychnis », Les lampes en terre cuite en Méditerranée. Des origines à Justinien. Table ronde du CNRS, tenue à Lyon du 7 au 11 décembre 1981, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 1987, p.13-15

HAYES J.W., Late Roman pottery. Londres, The British school at Rome, 1972

HELLMANN M.-Chr., Lampes antiques de la Bibliothèque nationale. 1, Collection Froehner, Paris, Bibliothèque nationale, 1985

HELLMANN M.-Chr., Lampes antiques de la Bibliothèque nationale. 2, Fonds général: lampes pré-romaines et romaines, Paris, Bibliothèque nationale, 1987

HENSEN A., « Roman Lamps from Heidelberg: Evidence for an Energy Crisis (Lecture held at the official inauguration of the congress and the exhibition « Licht » », CHRZANOVSKI L. (dir.), Le Luminaire antique. Lychnological Acts 3. Actes du 3è Congrès International d’études de l’ILA, Université d’Heidelberg, 21 – 26.IX.2009, p.137-143

KOUTOUSSAKI L., Lampes d’Argos. Les lampes en terre cuite découvertes dans l’agora et les thermes. Campagnes de fouilles 1972 – 1991, Thèse de doctorat présentée devant la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg, en Suisse. Approuvé par la Faculté des Lettres sur la proposition des professeurs Marcel Piépart et Pierre Aubert, Fribourg, le 17/10/2008 (date de la soutenance)

LAMBOGLIA N., BELTRAN A., « Apuntes sobra la cronología cerámica », Publ. Sem. arqueol. num. Aragonese, 3, 1952

LENOIR E., « La lampe antique, fossile directeur privilégié pour un archéologue ? », Les lampes en terre cuite en Méditerranée. Des origines à Justinien. Table ronde du CNRS, tenue à Lyon du 7 au 11 décembre 1981, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 1987, p.73-77

LOESCHCKE S., Lampen aus Vindonissa: ein Beitrag zur Geschichte von Vindonissa und des antiken Beleuchtungswesens. Zürich, Francfort, Beer, J. Baer, 1919

LERAT L., Lampes antiques: Catalogue des collections archéologiques de Besançon. Paris, Les Belles Lettres, 1954

PERLSWEIG J., Lamps of the Roman period, first to seventh century after Christ, Princetown, American school of Classical studies at Athens, 240 pages

PONSICH M., Les lampes romaines en terre cuite de la Maurétanie tingitane, Rabat, 1961, 131 pages

PROVOOST A., « Les lampes antiques en terre cuite : Introduction et essai de typologie générale avec des détails concernant les lampes trouvées en Italie », L’antiquité classique, t. 45, 1, 1976, p. 5-39

TROST C., HELLMANN M.-Chr., Lampes antiques du Département des monnaies, médailles et antiques. 3, Fonds général: lampes chrétiennes. Paris, Bibliothèque nationale 1996


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.