À l’Est, du nouveau…

Le vent soufflait à l’Est au mois de février 2019, ce qui nous a amenés à Lausanne (Suisse) où le Musée d’Archéologie et d’Histoire cantonale (MCAH) conserve une collection de 453 objets ayant appartenu à Ernest Muret, fils de Jean-Baptiste Muret, ce dernier étant le dessinateur à l’origine du corpus de dessins sur lequel nous travaillons dans le cadre du programme Digital Muret. La collection avait été achetée en 1867 par Arnold Morel Fatio, alors directeur du MCAH.

Son existence nous a été signalée par Lionel Pernet, actuel directeur de ce musée, qui avait pris connaissance l’été dernier du programme Digital Muret par le biais d’un billet publié sur le site de la BnF (https://antiquitebnf.hypotheses.org/2641). Nous voulions par ce court texte lui adresser nos sincères remerciements, à lui ainsi qu’à toute son équipe, qui nous a ouvert l’accès aux collections et accueilli chaleureusement. Quelle aubaine en attendant la publication du volume II, prévue au mois de juin prochain, et de la Journée d’étude qui aura lieu au même moment !

Guidés par la question de savoir si les objets que nous avons eu le loisir d’étudier dans les réserves du MCAH font partie de ceux dessinés par Muret, nous avons entamé un travail de récolement à partir de notre fichier partagé sur lequel nous décrivons avec le plus de détails possibles les œuvres représentées par les dessins. S’il est encore trop tôt pour annoncer des résultats préliminaires (cela fera certainement l’objet d’un prochain billet), nous pouvons d’ores et déjà présenter le déroulement du travail réalisé.

Les réserves du MCAH

Les réserves du musée se situent dans un lieu pour le moins insolite : une ancienne centrale nucléaire, juchée à flanc de colline, et fermée peu de temps après son inauguration en raison d’un souci technique (le temps insuffisant de refroidissement entre la première et la deuxième chauffe du réacteur a généré une surpression du circuit primaire, conduisant à une explosion et à une fusion du cœur – oui, oui, tout est vrai !). Rassurez-vous, le cœur a rapidement été figé dans une chape de béton, empêchant les fuites radioactives. C’est ce qui permet au personnel du musée ainsi qu’aux visiteurs comme nous de travailler en toute sécurité. En plus de son charme digne d’un décor de cinéma, ce patrimoine industriel récent se révèle on ne peut plus approprié comme lieu de conservation où coexistent objets anciens (collections archéologiques) et modernes (collections ethnographiques).

 

Le travail effectué

Notre visite a duré trois jours. Nous avons consacré la première matinée à consulter les inventaires du XIXè siècle, la base de données du musée et deux catalogues d’exposition pour vérifier que les objets que nous nous apprêtions à étudier appartenaient bien à la collection Muret et pour en connaître le lieu exact de stockage à l’intérieur des réserves. Par la suite, nous avons photographié et enregistré l’ensemble de ces œuvres. Il s’agit essentiellement de mobilier en terre cuite, attribuable à l’Antiquité gréco-romaine. Ce sont des statuettes, des lampes mais aussi des vases attiques, corinthiens et apuliens. Moins abondant, le mobilier en métal est constitué de petites figurines ainsi que de parures en alliage cuivreux. On compte, enfin, du mobilier divers (fragments de mosaïque, enduits peints, sculpture et éléments d’architecture en marbre, etc.).

 

Enjeux de l’étude

Cette étude présente un triple enjeu. Le premier concerne la valorisation de la collection Muret du MCAH. Le travail entrepris a permis de connaître avec précision le contenu de cette collection et de réaliser des photographies de travail de bonne qualité. Le deuxième enjeu relève du programme Digital Muret. L’analyse approfondie des liens existants entre la collection Muret de Lausanne et les objets dessinés contribuera à mieux cerner la trajectoire d’une partie des œuvres présentes dans les recueils qui servent de base à notre travail. Il sera notamment intéressant de savoir quelle proportion d’objets ayant appartenu à J.-B. Muret a été dessinée par lui lorsqu’il officiait au Cabinet des médailles. À plus forte raison, cette étude contribuera à définir la politique d’acquisition menée par Arnold Morel Fatio à la fin du XIXè siècle. Il sera effectivement possible de caractériser la nature de ce lot pour lequel on possède une date d’achat unique (matériaux privilégiés, thème iconographique, datation, etc.).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.