Les dessins d’antiques, sources essentielles de l’histoire de l’archéologie. L’exemple du volume II.

La première journée d’étude sur l’avancement du programme Digital Muret s’est déroulée le 17 juin 2019 à l’Institut national d’Histoire de l’art. Elle a notamment été l’occasion de faire part de la naissance du site web sur lequel seront successivement publiés les onze volumes du Recueil de monuments antiques dessinés par Jean-Baptiste Muret. Vous pouvez d’ores et déjà y découvrir le travail réalisé sur le volume II. La discussion autour des collections de dessins d’antiques conservées dans plusieurs institutions a contribué à mesurer l’importance de ces sources pour l’histoire de l’archéologie, un rôle clé qu’avait déjà abordé la journée d’étude du 3 décembre 2014 consacrée à Jean-Baptiste Muret (qu’on ne présente plus) et Jean-Charles Geslin.

Nous proposons dans ce billet d’examiner cette même question à l’aide d’un outil spécifique : les statistiques. En l’absence d’archives textuelles conservées, cette approche est commandée par deux aspects. Le premier réside dans la nécessité d’automatiser un calcul que le volume de données rendrait extrêmement fastidieux s’il était effectué manuellement. Le second – c’est une hypothèse de travail – est que la structure interne des recueils est susceptible de nous éclairer sur l’état de la circulation des collections dans le premier tiers du XIXè siècle et sur les tendances de classification de l’archéologie encore naissante à cette période. Dans ce cadre, la démonstration montre que le programme Digital Muret ne s’intéresse pas à l’histoire de l’archéologie uniquement par le biais des objets dessinés et parfois retrouvés mais aussi par la manière dont ceux-ci sont présentés. On y verra plus clair, enfin, sur la place occupée par le volume II au sein de l’ensemble du Recueil et sur son organisation interne.

Présentation succincte de la constitution des recueils

Les planches qui constituent ces recueils ont toutes été dessinées de la main de Muret entre les années 1830 et 1860 comme en témoigne l’homogénéité du style des productions graphiques faites à la mine de plomb et colorées à la gouache ou à l’aquarelle. Elles ont été assemblées dans un premier temps sous forme de 20 portefeuilles dont nous ne connaissons pas les modalités d’assemblage. Elles ont ensuite été ramassées en 11 recueils de manière posthume en 1882 et probablement numérotées à cette date, une supposition qui découle du fait que les chiffres ont été écrits au crayon. Une planche type se présente de la manière suivante : plusieurs objets sont représentés au recto, généralement numérotés de haut en bas et de gauche à droite. C’est dans l’angle droit qu’apparaît le numéro de la planche. Une ou plusieurs légendes peuvent apparaître au verso. Elles sont alors susceptibles de fournir des informations sur la collection par laquelle les objets représentés ont transité, sur leur lieu et leur date de découverte. Les recueils sont restés depuis 1882 à l’état de documentation inédite récemment numérisée par la Bibliothèque nationale de France.

Comment sont saisies les données

Cette recherche s’appuie sur un protocole de saisie des données mis en place dans un tableur partagé. L’état d’avancement de la saisie est restitué presque en temps réel à l’aide d’un outil développé par la Cellule d’ingénierie documentaire1, le dashboard, qui nous permet de connaître la quantité d’objets dessinés, décrits, leurs caractéristiques morpho-stylistiques ainsi que le lieu de leur conservation actuel lorsqu’il est connu. Ce fichier se compose d’abord d’une partie informative sur les propriétés extrinsèques des objets dessinés, à savoir leur numéro d’inventaire et le lien vers la page Gallica où ils sont disponibles. Il comprend ensuite une partie informative sur les propriétés extrinsèques de ces objets, où est restituée la légende qui figure parfois au dos des planches. Ensuite apparaissent les informations que nous avons pu collecter à leur propos, tels que le lieu de conservation s’il a été retrouvé, leurs caractéristiques morphométriques et le thème iconographique représenté. C’est à partir de ce fichier de travail qu’est effectué le versement sur Agorha, la base de données de l’INHA, et c’est son format de tableur qui permet les traitements statistiques que nous présentons ci-dessous.

Comment le volume II est-il organisé ?

Le volume II se compose de 178 planches. Y sont représentés 1200 objets dont, en l’état actuel, 1117 sont décrits et 546 localisés. Parmi les objets dessinés, 644 comportent une légende. Le volume est largement dominé par les bijoux et les parures qui représentent près de 70% de l’assemblage (n = 865). De manière assez logique, en raison de la nature des objets, le métal et en particulier le bronze domine le corpus, atteignant 70% de l’ensemble. Enfin, du point de vue de la datation, la période romaine y est surreprésentée, concernant un peu plus de 50% des objets, suivie par la période classique grecque (18%), la Protohistoire et la période étrusque (plus ou moins 10% chacune).


Afin de comprendre la répartition interne de ces différentes variables et donc comment elles structurent le volume, nous avons eu recours à un outil appelé explographe2. Cet outil permet de représenter visuellement les liens statistiques qui unissent des individus (en l’occurrence chaque planche) et des variables (en l’occurrence chaque période, matériau, type d’objet et thème iconographique) sans donner a priori plus d’importance à une variable qu’à une autre. Au terme d’un calcul qui compte deux à deux chaque individu et chaque variable autant de fois qu’il n’y a de variables, il exprime de manière proportionnelle avec des carrés gris l’absence de corrélation spécifique entre un individu et une variable, avec des carrés noirs la corrélation positive entre un individu et une variable, enfin, avec des carrés blancs, la corrélation négative entre un individu et une variable. De la sorte, cette représentation graphique montre un phénomène intéressant qu’un simple examen visuel n’aurait permis de démontrer qu’en hiérarchisant arbitrairement les variables sans prendre en compte leur poids statistique. Ce phénomène est que le volume II se scinde en deux groupes que nous ne commenterons ici que brièvement.

Un premier groupe, noté A, est caractérisé par un certain nombre de variables qui y apparaissent de manière exclusive. Celles-ci regroupent une diversité de petit mobilier et d’éléments d’architecture où apparaissent des motifs mythologiques. On y trouve de toutes les périodes sauf de la Protohistoire et de l’époque médiévale. Il faut noter que les périodes représentées dans ce groupe n’en font pas la spécificité car elles apparaissent à part plus ou moins égale dans le groupe B. Ce dernier est également caractérisé par des variables à tendance plutôt exclusive, c’est-à-dire qui ne se retrouvent pas dans le groupe A. Celles-ci, si on les regarde en détail, comportent les bijoux et parures ainsi qu’une partie des métaux. Elles ne présentent pas de motifs mythologiques.

Puisque la majeure partie des périodes se retrouve dans un groupe comme dans l’autre, nous avons éliminé cette variable pour l’analyse qui suit, ne gardant que les types d’objets et leur iconographie. Car il est possible d’aller un peu plus loin dans le discours et de visualiser comment se distribuent les deux catégories mises en évidence au sein des planches. Pour cela, nous avons utilisé un sériographe3. Généralement utilisé pour des questions de chronologie en archéologie, cet outil permet de mettre en série des objets à partir d’un tableau de présence / absence, deux variables matérialisées par un carré noir et un carré blanc. L’algorithme sur lequel il repose, en alternant successivement lignes et colonnes, donc individus et variables, permet d’obtenir la meilleure diagonalisation possible. Ce traitement restitue bien les deux groupes et permet de les paginer. Tous deux comportent respectivement 75 et 103 pages. Dans le groupe A, c’est le motif iconographique qui préside au regroupement des objets, indépendamment de leur matériau ou de leur forme. Les planches liées au monde dionysiaque sont suivies par celles liées à Méduse, puis celles liées à la Guerre de Troie et ainsi de suite. Dans le groupe B en revanche, ce sont les regroupements morphologiques et par matériau qui dominent : on voit ainsi se succéder les torques, les bracelets, les boucles d’oreilles, etc.

Comment interpréter ces observations ?

  • Le volume II étant celui qui compte le plus grand nombre de planches. Il pourrait s’agir de l’association de deux portefeuilles fournis tels quels par J.-B. Muret. On voit qu’à l’intérieur même de ses planches, Muret envisageait des groupes thématiques. Les objets ne comportant pas d’iconographie mythologique sont même rassemblés sur le critère de leur forme et de leur matériau. Pour des objets provenant de contextes et sites différents, cela témoigne d’un premier pas vers les classifications comme c’est le cas dans les sciences naturelles.
  • Quoi qu’il en soit, ce volume illustre parfaitement l’état de l’archéologie dans la première moitié du XXè siècle. Elle témoigne d’un véritable attrait pour les antiquités classiques, considérant que les motifs iconographiques priment sur la forme et le matériau des objets. Il faut rappeler qu’après la valorisation du voyage en Italie est également apparue l’expédition en Grèce, en particulier celle de Morée en 1829 qui dresse un inventaire généralisé des Antiquités grecques et qui amorce un regain de philhellénisme.
  • Dans le même temps, on constate l’apparition des « Antiquités nationales », un intérêt valorisé dans les années 1830 par François Guizot et qui tendra progressivement à construire une histoire nationale. Aubin-Louis Millin, conservateur au cabinet des antiques et des médailles de la Bibliothèque nationale, écrit à la fin du XVIIIè siècle son Voyage dans les départements du Midi de la France.
  • Enfin, c’est l’émergence des classifications, valorisées par le même Aubin-Louis Millin dans son Introduction à l’étude des monuments antiques, qui préconise l’adaptation du système de Linné à l’archéologie.

Une “spécialisation” des volumes ?

Nous aimerions maintenant savoir s’il y a des spécialisations de volumes, et en particulier du volume II, comme le suggère le très grand nombre de bijoux métalliques d’époques protohistorique, romaine et médiévale. Pour cela, il faut analyser sa place au sein des autres volumes. Nous essayerons aussi de voir comment ceux-ci s’articulent les uns les autres. Les volumes pris ensemble montrent que trois catégories morphologiques dominent : les statuettes, les vases et les bijoux. Le bronze et la terre cuite sont, de manière assez logique, surreprésentés. Les thèmes iconographiques sont inégalement représentés.

Pour ce faire, il faut repartir du tableau de données et utiliser une fonction d’échantillonnage aléatoire par individu. En effet, les analyses qui vont suivre sont fondées sur un comptage, ce qui signifie que la quantité de données est un paramètre important. Nous voulons que, dans chaque recueil, l’analyse porte sur 100 objets sélectionnés au hasard4. Dans le cas inverse, les volumes ne seraient pas quantitativement comparables. Ensuite en composant un tableau dit matrice de contingence, qui, par simple tri croisé dynamique permet de connaître la quantité d’occurrences par variable, on peut réaliser une analyse factorielle des correspondances.

L’AFC montre d’abord qu’il y a moins de 1% de chance que le phénomène représenté sur le graphique ci-dessous soit dû au hasard. Cela signifie pour nous qu’il y a bien une organisation à commenter. Sans rentrer dans les détails de ce calcul, il convient de commenter brièvement ce graphique représentant un plan factoriel. Les points bleus matérialisent les individus (les volumes) et les points rouges les variables (les catégories descriptives des objets). Trois recueils polarisent un certain nombre de variables, les volumes X, V et II. D’un point de vue statistique, ces individus ont un poids très fort qui leur donne une spécificité particulière. Leur association avec des variables ne peut cependant s’interpréter directement car l’AFC comporte autant de plans factoriels qu’elle n’effectue de calculs entre individus et variables ; il faudrait pour obtenir un résultat fiable analyser le nuage de points en trois dimensions. Nous privilégions face à cette méthode complexe le recours à une solution alternative.

La première est appelée classification ascendante hiérarchique. Grâce à elle, individus et variables sont rassemblés dans la mesure où ils partagent des caractéristiques communes, en l’occurrence une association statistique. Trois groupes émergent. Il est intéressant de noter que dans ces groupes, à une exception près, les numéros de volumes se suivent. Cela permet d’émettre deux hypothèses : soit il s’agit d’une information chronologique, les recueils ayant été constitués les uns après les autres (mais on sait que ce n’est pas le cas), soit la nature des variables (en l’occurrence le matériau, la forme, le motif iconographique et la datation) guide ces regroupements. Une seconde information est que le volume II est celui qui possède le « poids » statistique le plus fort. En effet parmi les embranchements, les branches les plus longues sont considérées comme significatives. Cela confirme ce que laissait entrevoir le premier plan factoriel de l’AFC : le volume II est caractérisé par une forte spécificité, voire une « spécialisation ».

Pour le vérifier, il faut à présent tenter de caractériser les variables. Pour cela, nous avons utilisons de nouveau un explographe. On pourrait commenter beaucoup de choses sur ce graphique mais on se limitera à quelques remarques. D’abord, certains éléments sont représentés de manière relativement homogène à l’intérieur de chacun des volumes. C’est le cas par exemple des objets grecs, des vases en terre cuite et du mobilier en métal ; dans une moindre mesure de la numismatique, des antiquités romaines, étrusques et italiques et des objets en verre. À l’inverse, certains vestiges comme les éléments architecturaux ou encore les statuettes, ne sont proportionnellement visibles que dans certains volumes. L’exemple des statuettes est intéressant. Elles contribuent à donner leur unité aux quatre premiers volumes, témoignant d’un regroupement thématique inter-recueils. Le volume II semble bel et bien occuper une place atypique dans l’ensemble global. Les objets d’époques médiévale et protohistorique, les pièces d’armement ou encore les parures s’y trouvent représentés de manière quasi-exclusive.

Il est assez surprenant de voir que des périodes comme les antiquités étrusques ou encore égyptiennes, pourtant bien représentées au Cabinet des Médailles, le sont beaucoup moins dans les recueils. Cela témoigne de choix effectués par Muret. En effet, on sait d’abord que l’Egyptomanie était quelque chose d’important depuis les expéditions de Napoléon, la découverte de la pierre de Rosette et son déchiffrement par Champollion. Faut-il expliquer cette absence par l’influence de Désiré Raoul-Rochette, successeur de Millin au Cabinet des médailles, qui, à la suite des néo-classicistes, en 1823 avait comparé devant devant l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres (« Considérations sur les arts de l’ancienne Egypte ») avait comparé l’art égyptien à celui des Grecs, pour mieux en réduire la valeur ?

Conclusion

On le voit, l’approche statistique mise en place se révèle efficace pour examiner la structuration interne des recueils de J.-B. Muret. Elle montre d’abord que le volume II occupe une place à part, étant celui qui admet, proportionnellement parlant, la plus forte “spécialisation”. Elle offre encore la possibilité d’émettre des hypothèses sur les modalités de constitution de ces recueils, en particulier leur possible agrégation in situ à partir des portefeuilles préparés à la mort du dessinateur, ce que permettrait d’éprouver l’examen approfondi de tous les volumes au fil de leur publication.

On voit se dessiner dans ce corpus exceptionnel le reflet de l’état de l’archéologie et de celui des collections dans le courant du deuxième tiers du XIXè siècle : les objets grecs et romains (surtout les vases en terre cuite et les objets en bronze) dominent l’ensemble et sont représentés de manière homogène dans les différents volumes. Cet aspect est à mettre en lien avec l’attrait renouvelé pour les antiquités classiques. Les motifs iconographiques – mythologie en tête – guident la classification de ces objets.

Les vestiges protohistoriques, médiévaux et modernes apparaissent de manière plus ponctuelle. Mais, bien avant les premières fouilles d’ampleur sur le territoire métropolitain, où se développera l’utilisation de l’archéologie pour la construction d’un récit national, ils confirment la tendance à appliquer une classification inspirée des sciences naturelles à la culture matérielle désormais appréhendée comme marqueur chronologique et régional.

  1. un grand merci à Antoine Courtin et à son équipe pour le soutien apporté au quotidien l’efficacité des outils développés par eux []
  2. je remercie vivement Bruno Desachy (UMR 7041, ArScAn), son auteur, qui s’est révélé être un formateur aussi patient que bienveillant []
  3. le développement de la macrofonction utilisée est le fruit du travail de Pascal Ruby (UMR 8215, Trajectoires []
  4. je remercie Alain Giosa (UMR 7041, ArScAn) qui m’a appris l’existence de cette méthode d’échantillonnage []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.