Jean-Baptiste Muret

Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été recruté au Cabinet des Médailles (aujourd’hui département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France) par Désiré Raoul-Rochette en 1830, à 35 ans, pour dessiner notamment les œuvres de la collection, et il y resta jusqu’à sa mort en 1866. Il a participé à de nombreuses publications, par des dessins, gravures ou moulages, avant et après son entrée à la bibliothèque, où il a aussi été chargé à partir de 1849 de tenir les fiches d’inventaire de la collection d’archéologie.

Jean-Auguste-Dominique Ingres, Portrait de Raoul-Rochette, vers 1830.

Le Cabinet conserve aujourd’hui un impressionnant ensemble de 1986 planches portant les dessins de plus de 8000 objets, achetés après la mort de l’artiste à son fils Ernest. Dessinés à la mine de plomb, rarement à l’encre, le plus souvent colorés à la gouache ou à l’aquarelle, les objets y sont rendus avec beaucoup de soin et de talent, de précision dans le rendu des modelés, des matières et des surfaces. Les planches conservées en vingt portefeuilles ont été à une date ultérieure réunies en onze volumes, non indexés ni même classés, ce qui rend leur consultation difficile. Les onze volumes du Recueil des monuments antiques dessinés par Jean-Baptiste Muret sont numérisés dans Gallica, mais sans apparat critique il est difficile de se saisir de ce riche et complexe ensemble.

Recueil des monuments antiques dessinés par Jean-Baptiste Muret, XI, pl.91.

On y trouve des œuvres de la Bibliothèque bien sûr, mais pas seulement : elles ne forment même pas la majorité des dessins, qui proviennent d’autres musées ou de collectionneurs privés. Toutes les provenances ne sont pas données : les légendes qui apparaissent au revers d’un peu plus de la moitié des planches fournissent le lieu de conservation pour environ un quart des objets, et il faut un long travail pour retrouver, peu à peu, les provenances manquantes. Les dessins de J.-B. Muret illustrent donc une profusion de collections, publiques et surtout privées : plus de 160 cabinets d’amateurs, fameux ou oubliés, sont ainsi nommés.

Recueil des monuments antiques dessinés par Jean-Baptiste Muret, VII, pl.65.

Ce fonds de dessins présente donc un intérêt majeur, qui dépasse de loin celui de documentation des œuvres qui est le seul qui lui a longtemps été reconnu. Il donne à voir des collections archéologiques françaises, aussi bien privées que publiques, entre les années 1830 et 1860, et témoigne d’une volonté de classification et de mise en série en phase avec les avancées de la science archéologique naissante et les travaux des conservateurs Désiré Raoul-Rochette et Charles Lenormant. Il montre ainsi la construction d’un savoir scientifique, notamment sur la mythologie antique. Il révèle enfin un dessinateur de très grand talent, dont la postérité a été desservie par son travail au sein d’une seule institution et l’échec d’une publication de ses œuvres.

Etude sur Jean-Baptiste Muret :

Louise Bricout, Etude d’un recueil de dessins conservé au Cabinet des médailles : “Monuments antiques dessinés”, par Jean Baptiste Muret, mémoire de master I muséologie, Ecole du Louvre, 2011.